Billetterie

Jouffroy : « Ça reste hyper serré »

le 20/03/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'
Avec sa belle série de quatre victoires en cinq matchs, Lyon a réussi à s'extriper de la zone rouge, avant de recevoir Sète samedi lors de la 24e journée de Ligue AM. Quentin Jouffroy, le jeune central de l'Asul, revient pour notre site sur la bonne forme de son équipe et évoque ses ambitions personnelles. 

Quentin, Lyon marche fort en ce moment avec quatre victoires en cinq matchs…

C’est super, on est franchement contents. En plus, ça redonne un peu de peps au groupe. Je trouve qu’il y a une meilleure cohésion dans l’équipe. Quand on gagne, on s’entraîne beaucoup mieux, il y a une meilleure ambiance. Et tout ça nous donne de la confiance. Qu’est ce qui a changé ? Je ne sais pas, mais tout marche en ce moment. On sert mieux, on joue mieux…
 

Le fait que le maintien se rapproche vous permet-il de jouer plus libéré ?

Oui, c’est sûr. Mais en même temps ça reste hyper serré. Si on perd nos prochains matchs, c’est fini. Il faut gagner contre Sète samedi, parce qu’après on a deux matchs à l’extérieur. On va jouer à Saint-Nazaire et à Narbonne, contre deux concurrents directs. Ça va être chaud. Ça va se jouer au mental. C’est l’équipe qui en voudra le plus qui l’emportera, et aussi celle qui fera le moins de fautes.

 

D’un autre côté, si vous gagnez vos derniers matchs, vous ne serez pas très loin des play-offs. Vous y pensez ?

Bien sûr, on y pense un petit peu, même si on sait que ça va être compliqué. Le premier objectif reste le maintien. Mais si on arrive à aller en play-offs, ce ne sera que du bonus.
 

En ce qui vous concerne, vous semblez de mieux en mieux depuis quelques semaines…

Je joue de plus en plus. J’ai eu un peu de mal en début de saison, mais là ça fait trois ou quatre matchs que je suis plutôt en forme, et où je suis plutôt content de mes prestations. Mes partenaires me font de plus en plus confiance, le passeur me donne plus de ballons. Et les entraînements se passent très bien aussi. Mentalement, j’ai le sentiment d’avoir pris plus d’assurance. A l’attaque, au service, dans les déplacements et la lecture du jeu, je me sens beaucoup plus à l’aise.
 

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

J’ai passé un an au Pôle Espoirs de Lyon, puis je suis parti trois ans au CNVB (à Castelnau-le-Lez). Ensuite, je suis retourné à Lyon, l’an passé, en Ligue BM. Et durant la saison, deux centraux se sont blessés à des moments différents, ça m’a permis d’avoir beaucoup de temps de jeu. J’ai pu montrer ce que je savais faire, et l’entraîneur m’a fait plus confiance.
 

Vous avez aussi été appelé en équipe de France A’ ?

Il y a eu un grand camp d’entraînement l’été dernier. Je ne pensais pas du tout être gardé pour les Jeux Méditerranéens, mais finalement j’ai été retenu, avec Trévor Clévenot (Toulouse), qui est également de ma génération. Je n’ai pas beaucoup joué, mais j’étais déjà content d’être du voyage. En plus, on a eu une médaille de bronze…
 

L’équipe de France A, c’est un objectif ?

Complètement. Il faut être optimiste, et viser le plus haut possible. Mais je n’ai pas non plus envie de me prendre la tête. Je veux jouer, et si j’arrive un jour en équipe de France, ce sera génial.