Billetterie

Soullard: « On n’a plus le choix »

le 05/03/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Vainqueur de Terville le week-end dernier, Istres a fait un grand pas vers le maintien et s'est relancé dans la course aux playoffs, comme nous l'explique Pauline Soullard. 
 

Pauline, êtes-vous  soulagée après le succès obtenu face à Terville (3-2) le week-end dernier ?
Oui, on a relancé la machine à victoires (après quatre défaites). Ça n’a pas été un match d’anthologie, ça c’est sûr. On perd un point bêtement en perdant ce quatrième set, mais l’essentiel était d’avoir la victoire.
 

Ce succès vous permet de vous éloigner de la zone rouge et de vous replacer dans la course aux playoffs…
On n’a plus le choix. Sur les quatre matchs qui nous restent, il nous faut la victoire pour d'une part maintenir le club, mais aussi se qualifier pour les playoffs. Nos six derniers matchs étaient contre les six premiers du classement. Là, on entame une série de matchs plus à notre portée (Evreux, Quimper, le Hainaut, Venelles). Il ne faut pas se poser de questions et engranger un maximum de trois points chaque week-end.
 

Ça commence dès samedi à Evreux…
Oui, Evreux a été battu sèchement par Quimper le week-end dernier, sachant aussi qu’elles ont été capables de battre Mulhouse. Elles vont avoir envie de renouer avec la victoire chez elles. C’est un match très dangereux. Il va falloir être très concentré pour pouvoir les battre chez elles.
 

Qu’est-ce qui a bien marché et moins bien cette saison à Istres ?
Ce qui a le moins bien marché, on ne va pas se voiler la face, tout le monde le sait, c’est notre défense. Après, on est performant offensivement grâce notamment à Mari-Aase Hole, qui est la meilleure marqueuse du championnat (311 points). C’est un peu notre petit bijou. Il y a aussi notre passeuse Ivana Vasin qui adore le jeu rapide. C’est notre force avec aussi une bonne qualité de service, comme on a pu le voir le week-end dernier. Il faut que l’on arrive à avoir tout cela en même temps pour aller chercher des victoires, comme on a pu le faire lors de la première journée face au Cannet.
 

Mari-Aase Hole, c’est un peu la révélation de la saison du côté d’Istres, non ?
C’est une joueuse vraiment exemplaire. Je pense même que c’est la révélation du championnat. C’est un petit bijou. Elle peut avoir 40° de fièvre, elle ne se plaint jamais sur le terrain. Elle est toujours à fond, très perfectionniste. C’est vraiment extra de jouer avec elle. On s’appuie énormément sur elle.
 

Et vous, quelle est votre place dans ce groupe ?
J’essaye d’apporter au maximum mon expérience au sein d’un collectif assez jeune. Avec Ivana Vasin, on est un peu les deux joueuses expérimentées. J’essaie d’apporter un peu mon tempérament. Elles le ressentent bien (rires).  Après, je suis centrale, c’est un poste un peu ingrat, mais j’essaie de leur transmettre verbalement, mais aussi physiquement, techniquement, tactiquement ce que je sais ou ce que je ressens sur le terrain. J'essaie d’être un maximum présente.
 

Vous sentez-vous bien dans cette équipe après trois saisons à Béziers ?
Oui, tout à fait. Les filles sont super bosseuses. Il y a plusieurs filles qui viennent du championnat américain, qui sont travailleuses. Des filles de l’Est qui sont très perfectionnistes et veulent avoir leur place sur le terrain. Cela nous permet d’avoir du caractère et beaucoup de motivation.
 

Les playoffs sont toujours envisageables selon vous ?
Oui, on n’a pas le choix. Je ne me vois pas ne pas faire les playoffs. Personnellement, ce serait la première fois. Quand bien même, pour l’équipe, le travail que l’on a fait cette année, pour le club, qui a organisé l’Open Generali en début de saison. A nous de pouvoir sauver les meubles et jouer ces playoffs. Première, ça me paraît difficile (rires), mais 7e ou 8e, c’est possible.