Billetterie

Rennes, roi de l’automne

le 24/12/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Comme la saison dernière, le Rennes Volley a dominé la LAM tout l’automne. Derrière, Tours et Montpellier paraissent les plus solides pour chasser les Bretons. Paris est pour l’instant en Play-Offs, tandis que Nice ferme la marche sans être distancé cependant.

 

C’est décidément un temps de l’année qui lui va bien au teint. A la même période l’an passé, le Rennes Volley affichait déjà ce bel éclat, en tête de la parade. Si la phase retour avait été plus délicate, les Bretons finissant par payer leurs efforts sur un effectif raccourci, la donne a quelque peu changé cette saison. D’abord, la phase régulière est déjà à demi croquée cette fois et les compteurs sont sur treize matchs avant la bûche. Surtout, Rennes, qui n’est tombé que deux fois sur la phase Aller, a largement étoffé sa rotation cette année. Mais au-delà du nombre, Nikola Matijasevic possède un quatuor magique qui a enchanté les salles sur ces deux premiers mois de saison régulière. Trois Brésiliens et un vétéran tchèque qui font la fierté de la famille : Thiago Pontes Veloso à la passe, Leandro Nascimento au centre, Rafael Araujo à l’attaque et l’inoxydable taulier, Kamil Baranek. Avec ces quatre-là, Rennes a assurément les moyens de passer l’hiver et de voir plus loin.

 

A six points du leader, Tours n’est pas décramponné mais il accuse numériquement les petits retards du tout début de saison. Si désormais la mécanique tourangelle est d’aplomb, inspirée avec Angel Trinidad à la passe, efficace avec Hermans Egleskalns à la finition, ce n’est pas le seul rouage à bien tourner. Montpellier y va de son pas bien cadencé aussi. Derrière deux premières journées manquées, le MVUC s’est ressaisi et n’a ensuite plus perdu qu’à Tours et à Rennes, restant maître chez lui, explosif à l’image de son pointu canadien, Ryan Sclater, et solide en fond de terrain, avec le libéro Benjamin Diez aux commandes.

 

Ce trio a incontestablement une tête d’avance. Derrière, ça fonctionne surtout par fulgurances. C’est le cas de Chaumont, quatrième du classement, mais avec déjà six défaites enregistrées. En quête de constance, le CVB 52 reste dangereux cependant. Raphaël Corre fait les choses comme il faut à la passe et le jeune réceptionneur cubain de 19 ans, Marlon Yant, est sans aucun doute une future pépite. Tourcoing aussi est dans les clous et bien mieux qu’à pareille époque la saison passée. Le tandem mexicano-cubain Pedro Rangel – Ronald Jimenez fonctionne et peut encore faire du grabuge. Paris est en pleine reconstruction. On s’agite en coulisses et on voit grand. Sur le terrain, Dorian Rougeyron mène ses hommes posément. Au centre, l’inamovible Ardo Kreek demeure précieux et Robin Overbeeke est un attaquant toujours capable de sortir quelques gros cartons.

 

Après un début de saison pétardant et quatre succès de rang en ayant plié Tours et Rennes en huit jours, l’AS Cannes a ensuite connu un gros creux. Mais la jeune troupe de Ludovic Marquet a retrouvé du caractère et de l’enthousiasme ces dernières semaines. En-dessous de tout l’an passé, Cannes bombe le torse et se bat pour une place en Play-Offs cette année ! Avec un match de moins, Ajaccio y est aussi pour l’instant, malgré une transformation d’équipe quasi-totale à l’intersaison. Sans son coach titulaire, Brice Donat, Poitiers a fait comme il a pu cet automne, mais un homme s’est révélé, le jeune pointu brésilien, Chizoba Neves Atu. Dans le sillage de sa doublette de jeunes Français plein de talent, Pierre Derouillon – Théo Faure, Toulouse a fait de jolis coups, même si les Spacer’s ont manqué de constance et restent sur quatre défaites de suite pour boucler l’année. Nantes Rezé aussi a fait dans l’alternatif et son explosif attaquant slovaque, Peter Michalovic, meilleur marqueur de LAM à la moyenne par match (22,6 points), ne suffit pas à faire le travail.

 

Un départ canon et une fin d’année d’aplomb pour Narbonne, avec au milieu un grand vide et huit défaites consécutives ! Mais les Centurions se sont relevés et l’entrée dans leur nouvelle salle toute neuve en janvier devrait encore les booster. Pour l’Arago Sète, ce demi-exercice fut également bien compliqué. La série en cours est glissante et dangereuse (huit revers de rang) et l’ambition est pour l’heure rangée au fond de la malle. Enfin, Nice, trop dépendant des coups d’éclat de son attaquant belge, Jolan Cox (270 points), ferme les rangs sur cette fin décembre avec trois succès seulement.