Billetterie

Un nouveau look pour une nouvelle vie

le 03/09/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Après une saison difficile, Saint-Quentin est reparti en mars avec de nouveaux dirigeants. L’entraîneur Dario Dukic est pour sa part toujours là, bien décidé à regarder vers le haut.

 

Au soir du 27 octobre 2018, le SQV collait le Paris Volley au train avec trois succès en autant de sorties. Les hommes de Dario Dukic étaient alors loin de se douter qu’ils n’allaient remporter que trois victoires de plus dans la saison, et souvent souffrir le martyr, comme l’atteste l’entraîneur saint-quentinois « Nous faisons vraiment un beau début de championnat, avant que tout ne s’écroule. Vous savez, ça a été très difficile à vivre. Nous avons perdu rapidement notre passeur, puis deux autres joueurs. » Très vite, les revers prennent le pas sur les succès. Avec seize défaites au compteur et une 11e place, Dario Dukic ne veut rien retenir de la saison écoulée : « Il faut juste passer à autre chose et vite. En mars, une autre équipe s’est mise en place avec un nouveau président et un nouveau comité directeur. C’est le plus important. Grâce à leurs arguments, ils ont su convaincre la ville et la région de nous aider à repartir. Sans eux, c’était la fin du Saint-Quentin Volley. » Obligé de se séparer de 70% de son effectif – seuls le central Joël Soltin (34 ans, 2,01m), le libéro Amadou Coume (20 ans, 1,85m), et le réceptionneur/attaquant Marin Dukic (20 ans, 1,92m) sont encore là. L’entraîneur a fait ce qu’il a pu avec « les moyens qui sont les miens. Je n’ai pas à rougir de l’effectif que nous avons. Nous ne possédons ni le budget, ni les ambitions de Saint-Nazaire, Martigues ou Cambrai, mais je pense que nous avons pu constituer une équipe qui aura son mot à dire durant le championnat. »

 

Avec une décision officielle de son maintien le 15 mai, le SQV n’a pu anticiper sa campagne de recrutement autant qu’il l’aurait voulu. Néanmoins, très vite de nouvelles recrues ont paraphé un contrat pour une saison ou plus. Hayden Boehle, jeune libéro de 23 ans (1,85m) venu de l’université de Santa-Barbara (Californie) fut le premier à se lancer dans l’aventure, très vite rejoint par le pointu serbe de 25 ans Strahinja Brzakovic (2,02m). « Il est puissant et risque de faire mal à de nombreuses équipes. Il faudra le surveiller », commente Dario Dukic. Ajoutez à cela des éléments comme le passeur vénézuélien Angel Petit (36 ans, 1,92m) ou le réceptionneur/attaquant Eldin Demirovic (27 ans, 1,92m), connu pour avoir porté les couleurs de Nice, Chaumont, Poitiers ou Nancy. « Nous avons repris l’entraînement le 21 août, et jusqu’au 15 septembre il s’agira surtout de remettre la machine en route et commencer à mettre en place des systèmes de jeu. Nos premiers matchs amicaux démarreront mi-septembre. Nous allons jouer des équipes de Ligue AM, Ligue BM et même d’Elite avec Amiens qui n’est pas loin de chez nous » explique Dario Dukic qui, malgré les remous, se sent bien au sein de la formation axonaise. « Jamais je n’ai pensé à partir. Je suis ici depuis presque 20 ans. Ma femme travaille ici, mon fils est avec moi dans l’équipe. Les nouveaux dirigeants sont des amis avec qui je veux construire quelque chose. J’avais des propositions pour aller en Ligue AM, mais ça ne m’intéressait pas. Je préfère rester à Saint-Quentin. »

 

Une fidélité qui conduira le technicien saint-quentinois sur le parquet de Martigues le 12 octobre prochain. Avec l’espoir de commencer la saison de la même manière que la précédente pour ce qui sera la 15e année du club en Ligue BM… l’année de son cinquantenaire.