Billetterie

Être à la hauteur de son Arena

le 26/08/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Dixième et demi-finaliste de la Coupe de France, le Narbonne Volley espère vivre une bien plus belle saison. Histoire de lancer parfaitement sa nouvelle aventure dans son Arena en janvier prochain.

 

La date est déjà inscrite en gras sur le calendrier des Centurions : le 18 janvier 2020 ! Ce soir-là, Narbonne entamera une nouvelle vie dans son antre de l’Arena face à Montpellier. Une salle qui, souhaitons-le pour les Audois, sera alors pleine pour le premier derby de son histoire. « C’est une Arena moderne avec des tribunes proches du terrain. C’est idéal pour créer une véritable ambiance. Après, il faudra être en capacité de remplir les 3 500 sièges » détaille le Manager Général Michel Mandroux. « Cela ne changera pas pour autant le quotidien de l’équipe. Nous ne pourrons pas nous y entraîner régulièrement, sauf éventuellement les veilles de match, car cela reste aussi une salle de spectacle avec des concerts régulièrement prévus. La préparation physique se fera toujours au Palais du Travail, où les conditions sont excellentes », poursuit-il.

 

Grâce à ces deux outils de travail, les Narbonnais espèrent faire un exercice 2019-2020 de plus belle facture que le précédent : « Il a été coupé en deux avec des résultats moyens malgré une belle campagne en Coupe de France. On ne passe pas loin de réaliser un exploit à Tours (3-2). Notre seconde partie de championnat fut plus performante avec quelques beaux matchs. » Il n’est pas interdit de penser aux succès de prestige à Chaumont (1-3) et Poitiers (0-3) ou à domicile contre Nice (3-0). Des victoires trop rares pour espérer envisager une place dans le Top 8. « Notre saison n’a pas été simple avec l’arrivée tardive de quelques joueurs internationaux, qui entre fatigue et temps d’adaptation ont eu un peu de mal à mettre la machine en route. Pareil pour notre jeune passeur canadien Keturakis », explique Michel Mandroux. « On a vraiment démarré fin novembre, début décembre. On a voulu croire à nos chances d’intégrer les Play-Offs, mais nous partions de trop loin », poursuit-il.

 

Pour s’autoriser à regarder plus haut, les Audois se sont attachés à boucler rapidement leur recrutement. Très vite, l’entraîneur Guillermo Falasca eut la satisfaction de prolonger son libéro de 28 ans Ludovic Duée (1,92m), le central Alejandro Vigil (26 ans, 2,04m) ou encore le réceptionneur/attaquant Lisandro Zanotti (29 ans, 1,95m). Et histoire d’apporter une véritable plus-value à cette équipe, le technicien des Centurions a pu enrôler le passeur franco-brésilien et ancien international Rafael Redwitz : « Nous avions déjà essayé la saison passée, mais cela n’avait pas pu se faire. Nous sommes revenus à la charge il y a quelques temps et l’affaire s’est faite très vite », raconte Michel Mandroux. Une dernière recrue faisant suite aux arrivées de l’attaquant américain James Shaw (25 ans, 2,03m) tout récent champion de Pologne avec Zaksa Kedzierzyn Koźle, du réceptionneur/attaquant cubain Yordan Bisset (25 ans, 2m) en provenance de Nova Novokuybyshevsk en Russie, mais aussi du central Moussa Gueye (22 ans, 1,98m) passé par Saint-Quentin et Cambrai. « Ces recrues doivent nous aider à grandir. Nous voulons faire un bon championnat. Pour nous, ça veut dire viser le top 8. C’est compliqué à Narbonne de voir plus haut. Mais ce serait déjà franchir un cap que d’atteindre cet objectif. La Coupe de France reste une compétition aléatoire, tout dépend du tirage. Après, il y a tout de même de la place pour de vraies surprises. Sur un match tout est jouable. Les grosses écuries font souvent un peu tourner, donc il y a des coups à faire », argumente Michel Mandroux. Afin d’être prêt rapidement pour ne pas louper la mise en route, les Narbonnais se jaugeront face aux différents clubs des environs. Que ce soit Mende (7 et 14 septembre) ou Toulouse (11 et 28 septembre) notamment, avant de recevoir Ajaccio le 12 octobre pour la 1ère journée du championnat.