Billetterie

« La réalisation d’un rêve »

le 15/05/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

L’entraîneur cannois, Riccardo Marchesi, est revenu sur la saison 2018-2019 et le 21e sacre de champion de France du RC Cannes. Il a salué l’investissement de son groupe et le travail décisif de tout le staff cannois.

 

UNE CONSECRATION AU TERME D’UNE SAISON PAS SIMPLE

« Ce titre, c’est la réalisation d’un rêve. Le rêve de toute une équipe car la saison fut très difficile, très lourde avec la Ligue des Champions, beaucoup de situations délicates, beaucoup de matchs, de voyages. On a démarré les Play-Offs avec un match terrible face à Saint-Raphaël (défaite 3-0) qui nous a fait comprendre qu’il fallait faire plus et on a réussi à le faire. Contre Le Cannet, on perd aussi le premier match, mais on se relève encore. On joue les Play-Offs sans une joueuse qui a beaucoup apporté toute la saison à ce groupe, Ljiljana Rankovic, qui se blesse au 2e set du deuxième match contre Saint-Raphaël. C’était une joueuse énorme pour nous. Quand tu perds une joueuse clé de l’équipe, ce n’est pas évident. Et là, je dis bravo à Rodrigues et Cazaute qui ont été superbes pour pallier son absence. Elles ont vraiment fait des super choses. Pourtant, Rodriguez était arrivée en février après une année sans jouer, dans une condition physique pas top, mais on a réussi à la mettre dans les meilleures conditions pour les Play-Offs. On a fait la même chose avec Héléna Cazaute, qui s’est blessée avec l’équipe de France en janvier. Elle est rentrée avec une grosse blessure et on l’a arrêtée deux mois complètement pour qu’elle se remette et parce qu’il y avait un risque pour sa carrière. Et ça a bien marché en Play-Offs.

 

LE SACRE D’UNE EQUIPE

Ce résultat, c’est d’abord celui de toute une équipe, de joueuses qui, toutes ensemble, ont voulu obtenir quelque chose de très important pour le club et pour elles-mêmes. Ce n’est pas une joueuse plus que les autres, c’est vraiment l’équipe dans son ensemble qui a fait l’effort. A chaque match, chacune a apporté quelque chose à l’équipe. Quand une joueuse était moins bien, qu’elle ne pouvait pas donner 120%, une autre prenait le relais. Tout le monde a répondu présent. Nos centrales, Kloster et Bauer bien sûr, mais aussi notre pointue, Helic. On a trouvé une joueuse en Play-Offs qui a donné beaucoup plus qu’en saison régulière et qui s’est exprimée à un très haut niveau. C’est pour cela que je parle d’équipe. Ce groupe, même quand il rate son match 1 à Saint-Raphaël ou qu’il ne peut pas rivaliser avec Le Cannet sur le premier match de la demi-finale, a trouvé l’énergie pour changer les choses, autour d’une équipe qui voulait vraiment gagner le championnat.

 

LE TITRE DE TOUT UN STAFF

La saison a été très dense, mais on a plutôt bien géré cela je crois. Toutes les joueuses ont été très disponibles sur toutes les situations. Mais c’est aussi grâce au super travail du staff, que l’on a pu gérer ça. Il a réussi à me mettre dans les mains une équipe qui fonctionnait très bien. On n’en parle pas assez je trouve, mais l’entraîneur, s’il n’a pas l’équipe qui marche, c’est comme un pilote de F1 qui n’a pas la voiture ! Si tu n’es pas mécanicien tu fais quoi ? Là, on avait une bonne voiture, mais aussi un super staff qui m’a permis de bien gérer l’équipe, physiquement et mentalement. C’est ce staff qui nous a mis dans la position de gagner. Sans lui, je n’aurais rien pu faire.

 

LE 21e, LE PLUS SIGNIFICATIF ?

Absolument oui. On n’est plus le Cannes d’avant qui a gagné les vingt championnats. Pour moi, pour nous, ce 21e est le premier ! C’est une super histoire. On n’a plus les moyens d’avant, même si on a un bon budget pour la LAF et une structure très solide, que beaucoup d’autres clubs n’ont pas. Mais sur l’équipe professionnelle (masse salariale), Mulhouse et Nantes ont des moyens similaires aux nôtres et Le Cannet a même beaucoup plus. Le championnat français a sérieusement élevé son niveau ces dernières années, en termes technique et financier. Mais nous, on est là, avec Le Cannet, Mulhouse, Nantes et Béziers. A mon avis, ce titre n’a rien à voir avec les autres championnats gagnés avant.

 

UN OEIL SUR LA SAISON PROCHAINE

J’ai déjà discuté avec beaucoup de joueuses mais pour l’instant, je préfère ne pas trop parler de la saison prochaine. Mais ce que je peux dire, c’est que l’équipe l’année prochaine sera forte et en mesure de gagner la Coupe et le Championnat de France. Ça c’est sûr. Pour la Champions League, il est encore trop tôt pour espérer la gagner ! Mais on fera une équipe intéressante aussi pour la Ligue des Champions, même si la priorité demeure le championnat et la Coupe de France. La Ligue des Champions doit nous permettre de nous comparer avec les grandes équipes, de nous améliorer et de continuer à avancer. L’objectif sera de sortir de la poule et tenter d’aller le plus loin possible. Mais Cannes ne sera pas encore prêt pour la gagner. »