Billetterie

Cannes entrevoit le trône

le 09/05/2019
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le RC Cannes a décroché à Nantes la première bataille de cette finale LAF. Voici les Cannoises en position de force, à une victoire d’un vingt-et-unième sacre de championnes de France, avant de revenir sur la Côte pour le match retour samedi.

Evidemment, le RC  Cannes ne veut pas se l’avouer maintenant, mais le ciel s’est ouvert en grand. En l’emportant hier, en terre nantaise, comme il le fit quelques semaines plus tôt en saison régulière, Cannes, bastion historique du volley français, a fait un pas de géant vers un vingt-et-unième titre de champion de France. Bien sûr, dans ce format de Play-Offs propice aux rebondissements spectaculaires, il est de bon ton de taire son enthousiasme après le match 1. Mais, à l’instar de Tours chez les hommes, 2019 semble bien sonner l’heure des très grands.

Hier, pourtant, le RC Cannes était sacrément attendu. Par une équipe nantaise d’abord, parfaite ou presque tout au long d’une saison plus que réussie dans son joli costume de challenger et qui se voyait bien encore pousser la chansonnette un peu plus loin. Par tout un peuple enfin, acquis à la cause de l’équipe de l’Atlantique. Hier, Mangin Beaulieu était plein jusqu’à la glotte, 2884 spectateurs, et le Palais avait des airs de fête !

D’ailleurs, c’est bien Nantes qui se laissa bercer, emporter le premier par le tourbillon, décrochant le set initial sur un joli finish. Mais cette saison, Cannes, lorsqu’il y met l’agressivité et la discipline, a la puissance de feu d’un croiseur. Une variété offensive et des mains partout. Et Nantes se trouva vite débordé, dans les deuxièmes et troisièmes manches. Avec quatre joueuses à douze points et plus, Cannes avait les solutions et sa créatrice, Noemi Signorile, pouvait pianoter à sa guise. Dans le duel des attaquantes internationales, la réceptionneuse cannoise Héléna Cazaute, meilleure marqueuse du match (22 points à 56%), domina en plus largement sa jeune comparse du VBN à la pointe, Lucille Gicquel (11 points à 24%).

Avec ce break d’entrée, le RC Cannes a l’affaire en main pour reprendre le trône et effacer ses deux dernières finales de LAF perdues (2016 et 2018). D’autant que sur la Croisette, Cannes fait un festival depuis plus de trois mois, avec onze succès consécutifs ! Mais voilà, la dernière fois que les Cannoises se sont pris les pieds dans le tapis, c’était le 26 janvier… face à Nantes justement ! Ça laisse donc encore un peu d’incertitude et de place pour écrire la fin de l’histoire.