Billetterie

Nantes assomme le champion

le 24/10/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

La LAF a démarré en trombe sa saison. Nantes a fait chuter le tenant du titre, Béziers, dans sa nouvelle salle de Mangin Beaulieu archi-comble. Pour sa première, l’ambitieux Voléro Le Cannet est lui tombé face à Chamalières !

 

Tous les baptêmes ne se font pas à l’eau bénite. Et bien celui du VBN, dans son nouvel antre de Mangin Beaulieu, pris d’assaut et à guichets fermés  pour la première en match officiel de la saison, le fut bel et bien ! On l’a dit, le match avait un petit quelque chose de particulier. Non seulement parce qu’en face, c’était le champion de France en titre, Béziers, mais surtout parce que l’entraîneur nantais, Cyril Ong, fut l’homme qui éleva les Angels au plus haut des cieux il y a cinq mois, pour un premier sacre historique. Devant 2500 personnes, les Nantaises ont donc livré une intense bataille, remportée au bout du bout, au tie-break (3-2) en près de 2 heures 30 minutes. Malgré une  Juliette Fidon, en forme internationale (25 pts), le collectif nantais a tenu le fort. La jeune pointue du VBN, Lucille  Gicquel fut audacieuse (19 pts) et bien aidée par l’expérience à ses côtés de Hana Cutura (17 pts). Avec 15 contres au total (8 à Béziers), Nantes a fait front et lancé parfaitement sa saison. Tout l’inverse du Cannet qui, pour sa première officielle sous pavillon Voléro, s’est un peu «mélangé les crayons» à la maison, face au groupe de Chamalières, uni et soudé (pas une joueuse à plus de 14 pts). Une défaite (1-3) qui ne dit pas tout, loin de là, mais qui indique qu’il faudra sans doute un peu de temps aux nouvelles Cannetanes pour exprimer tout leur potentiel. Cannes, lui, a été plus incisif et plus constant à Mougins. Un succès (1-3), avec deux derniers sets maîtrisés et un tandem Helic-Bauer (33 pts à 56% elles deux) inspiré.

Saint-Raphaël a pris une petite rouste en Lorraine, reparti de Vandoeuvre Nancy le sac vide (3-0) en 1 h 34, avec la bagatelle de 30 fautes directes ! Marc-en-Baroeul, en revanche, a fait bien meilleure figure à Paris. Le promu nordiste aura poussé les Mariannes au set décisif (3-2), après avoir mené deux manches à une ! Mais les filles de Thibaut Gosselin finirent par céder malgré l’énorme match de leur pointue camerounaise, Laëtitia Moma Bassoko (28 pts). Paris, lui, a profité de sa belle présence défensive au block (15 contres à 2) pour grappiller les points décisifs. Enfin, pour ses grands débuts en LAF, France Avenir 2024, bien drivée par le duo Sylves-Rotar (41 pts) a accroché un set mais pas de premier point face à Quimper (1-3), où Palgutova (22 pts) a bien fait le travail.