Billetterie

Mougins, le plaisir jeune

le 22/08/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Pour sa première saison en LAF, Mougins veut d’abord profiter pleinement de ce moment historique. Avec une équipe toute jeune, le club provençal veut y aller sans peur et avant tout pour le plaisir.

 

Evidemment, on est loin des super structures, des conciliabules au sommet et des business plans de rentrée comme chez les augustes voisins, le RC Cannes ou Le Cannet par exemple. A Mougins, on la joue un tantinet plus simple. Ici, le bonheur est candide, les pieds dans l’eau. D’ailleurs, avant la reprise, l’entraîneur en chef, Marie Tari, qui a élevé l’équipe comme son bébé depuis des années, de la N3 jusqu’à la consécration et cette montée historique en LAF au printemps dernier, a encore les orteils dans le sable et le chant des vagues dans les oreilles en cette fin août ! C’est que le coach n’a pas que cela à faire. Avec un associé, elle a aussi un kiosque à sandwichs, boissons et glaces à faire tourner en bord de mer, en plus de préparer une saison au plus haut du volley féminin français. « Le volley, c’est mon métier mais ce n’est pas mon seul travail. Cette autre activité, ça m’équilibre, ça me reconnecte quand je bascule dans mon monde volley. Alors, je ne suis pas en stress, je suis ravie du recrutement et du groupe que j’ai, fière aussi du parcours que j’ai fait dans ce club, de la N3 à Ligue AF aujourd’hui. Je suis super excitée, mais je ne suis pas pressée, j’ai encore du temps », raconte Marie, qui rassemblera les troupes le 3 septembre prochain.

 

Quand certains seraient dans leurs petits souliers, à craindre le pire ou estimer que la marche est trop haute, Mougins, au contraire, croque dedans, avec un appétit gourmand. Pour cette grande première, le petit club de Paca aurait pu assurer le coup, rameuter d’anciennes guerrières rompues à ce genre de bataille. Que nenni ! Le MOM, vainqueur de la Coupe de France amateur et vice-champion de France Elite 2018, a sacrément rajeuni les troupes au contraire. Aux audacieux, la fortune tend la main dit-on. Mougins y croit. « J’ai toujours travaillé avec des « vieilles » et j’ai adoré. Maintenant, je vais travailler avec des jeunes, des gens qui ont envie de prouver plein de choses. J’ai envie de leur donner du temps de jeu », résume la technicienne. Avec deux joueuses seulement nées avant 1990, la passeuse, pilier du club et capitaine désormais, Margot Le Moigne, et la centrale croate venue de Saint-Raphaël, Vlatka Zahora, Mougins se lance dans l’aventure sans grand repère, avec une pointue colombienne de 22 ans, Ivonne Montano, au profil hybride et capable de jouer au centre, mais avec une quête prioritaire, le plaisir. « Au-delà du résultat et de l’objectif minimal de se maintenir, j’ai envie d’une saison plaisir total. Je veux m’éclater ! Je ne veux pas que ce soit une corvée ou un devoir. Le niveau, je ne le connais pas, ça va être une surprise. Je vais apprendre. Mais je suis du genre à aller me jeter dans la gueule du loup pour voir s’il va me croquer ou non », sourit Marie.

 

Néanmoins, Mougins ne part pas sans armes ni armures à la grande guerre. Si sur le pré, ce sera très jeune, dans le staff, en revanche, il y a de la renommée et de l’expérience pour faire grandir ce groupe. Autour de Marie Tari, on retrouve en effet Marc Raquil, champion d’Europe 2006 du 400 m, à la préparation physique, Sacha Fomina sur le spécifique libéro-défense, la toute jeune retraitée Irina Labazhevich pour la seconder sur tout l’aspect collectif et de temps en temps, à titre amical, Karine Salinas viendra prodiguer quelques conseils avisés dans le domaine de la passe. Bref, un encadrement de choix et des conseils forcément précieux pour la jeune bande du Mom. « Je veux croire en ces jeunes potentiels. On n’est pas champion du monde, mais elles seront entourées d’anciennes joueuses d’expérience de haut niveau. Si on passe à côté, c’est que notre travail ne sera pas bon. J’assumerai », assure le coach, résolu et sûr de son choix.

 

Et c’est dans sa petite salle, son île aux Oiseaux, que Mougins veut faire de cette saison une grande fête et enquiquiner les plus grands. « On n’a pas les moyens d’avoir un Palais des Victoires. Chacun fait avec ses moyens », admet Marie, qui se réjouit déjà d’entamer cette grande aventure avec la réception de l’illustre voisin, le RC Cannes, le 23 octobre prochain.