Billetterie

On y pense déjà !

le 30/07/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

La LAM retrouvera les parquets le week-end du 12 et 13 octobre prochains. Avec  deux jolies affiches pour lancer la saison : Tours – Cannes et Poitiers – Chaumont. La semaine suivante, l’ASPTT Mulhouse et Venelles ouvriront, en avance, les hostilités en LAF.

 

C’est encore loin, mais tout le monde y pense déjà. Et c’est avec un œil grand ouvert et aiguisé que tous les clubs du volley pro, masculins et féminins, ont longuement parcouru le calendrier officiel délivré par la LNV, il y a quelques  semaines. Chacun y a lu de menus avantages, pas mal de dangers et une entame de saison délicate forcément. Car, et c’est bien là l’attrait et le délice des championnats LAM et LAF : difficile à ce stade de l’été de prédire ce qu’il va se passer, tant le volley pro français est dense, homogène, surprenant et souvent renversant tout au long d’une saison.

 

C’est d’ailleurs pour cela que Pierre Pujol, illustre passeur champion d’Europe 2015, champion d’Allemagne avec Berlin, a choisi d’y regoûter, préférant le challenge corse à la Ligue des Champions avec le club berlinois ! Un retour qui vient embellir le paysage LAM, lequel sera dans le bon ton d’entrée, avec deux jolies affiches dès la première journée le 12 octobre prochain. Honneur au seigneur de la division d’abord, puisque Tours, champion de France en titre recevra l’AS Cannes, autre cathédrale du volley français, de retour dans l’élite, flanquée de neuf titres nationaux et d’une ambition toute neuve ! Mais le TVB, avec sept recrues costaudes, un nouveau coach (Patrick Duflos), un effectif séduisant et un Grenon tout beau, devrait être difficile à déloger cette saison.

 

Chaumont, qui a pansé ses plaies et lavé sa tristesse, tentera de défier le colosse tourangeau. Si le CVB 52, finaliste malheureux deux fois l’an passé (Coupe et Championnat) a perdu son axe majeur, passeur-pointu (Gonzalez-Boyer), il comptera sur un autre jeune talent offensif français, Julien Winkelmüller, pour rester tout en haut. Et les Hauts-Marnais seront vite fixés puisqu’ils croiseront d’entrée une équipe audacieuse et souvent placée ces dernières saisons, Poitiers, et son nouveau pointu allemand, Jochen Schops.  

 

En LAF, c’est un départ en deux temps qui sonnera le début de la saison. Le samedi 20 octobre, l’ASPTT Mulhouse recevra en avancé Venelles, dans un remake du quart de finale sacrément disputé des derniers Play-Offs. Le club alsacien, champion 2017, veut retrouver le devant de la scène après une saison usante et un peu frustrante aussi. Le club alsacien a rappelé aux commandes du jeu la passeuse grecque Athina Papafotiou, mais perdu le diamant belge, Britt Herbots. Le PAVVB, luicompte, y mettre encore de la hargne et du caractère, sous les ordres de Felix André.

 

Le reste des troupes entrera en lice quelques jours plus tard, le mardi 23. A l’affiche de cette première journée de début de semaine, un alléchant Nantes – Béziers, où les retrouvailles du champion de France en titre avec son ex entraîneur, désormais au VBN, Cyril Ong ! On suivra aussi avec intérêt les grandes promesses du Cannet, désormais sous pavillon suisse depuis son union avec le Voléro Zurich, qui veut voir très grand et ne pas se rater d’emblée face à Chamalières. Mais le voisin cannois, finaliste déçu 2018, nourri aux titres et à l’ambition, se pose là, lui aussi évidemment, même si le RC Cannes devra digérer l’arrêt de son emblématique pointue, Nadia Centoni. Pour ouvrir le bal, c’est à Mougins, chez le promu, que les grandes Dames de Cannes sont attendues.