Billetterie

Le Cannet à l’heure suisse

le 23/05/2018
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le club cannettan est déjà quasiment en ordre de marche et profite de son rapprochement avec le club suisse du Voléro Zurich pour constituer son ossature pour la saison prochaine. Ailleurs, on prend encore son temps.

 

Quand tout le monde regarde, furette et guette la bonne affaire, Le Cannet, lui, est presque déjà dans les plans de jeu pour la saison prochaine ! Tout cela est évidemment exagéré, mais le moins que l’on puisse dire cependant est que le club azuréen, quart de finaliste des derniers Play-Offs, n’a pas perdu de temps pour construire sa nouvelle équipe 2018-2019. A la fin mai, il a quasiment tout fait ! Fort de son union avec le Voléro Zurich, soutenu financièrement par le président du club suisse, Stav Jacobi, Le Cannet affiche son ambition, celle de devenir un grand d’Europe, capable de lutter un jour pour un sacre en Ligue des Champions ! Pour la saison prochaine, sept joueuses du Voléro ont ainsi déjà rejoint les rangs azuréens : la pointue serbe, Ana Bjelica, la réceptionneuse bulgare Gergana Dimitrova, la centrale cubaine, Liset Herrera Blanco, la passeuse russe Anastasiya Kornienko et sa compère centrale, Angelina Lazarenko, la réceptionneuse suisse, Laura Unternahrer, ainsi que la centrale serbe, Ljubica Milojevic. Et dans sa volonté d’étoffer sa rotation, Le Cannet est aussi allé chercher la passeuse championne de France, Eva Mori, à Béziers et a maintenu la libéro expérimentée Déborah Ortschitt dans ses fonctions de patronne de la défense.

 

Bref, Le Cannet a clairement un temps, voire deux, d’avance sur le reste des troupes en termes de recrutement. Béziers, le champion de France, n’a toujours pas bougé un cil et s’attelle d’abord à être prêt à accueillir la Ligue des Champions, qu’il pourrait jouer à Agde. Mais il doit aussi déjà faire face à deux départs majeurs, celui d’Eva Mori donc vers Le Cannet, mais aussi la perte de la meilleure marqueuse du championnat, Krystal Rivers, partie à Stuttgart en Allemagne. Le RC Cannes, finaliste LAF, patiente lui aussi et digère lentement l’arrêt de carrière de sa pointue emblématique, Nadia Centoni. En Alsace, ça bougeotte un peu plus. L’ASPTT Mulhouse a ainsi rappelé à la maison la passeuse grecque, Athina Papafotiou, meilleure passeuse LAF et championne de France avec le club alsacien en 2017, se séparant ainsi d’Aziliz Divoux. L’ASPTT a aussi pioché dans le vivier NCAA, avec l’arrivée en provenance des Florida Gators de la réceptionneuse américaine, Carli Snyder. A côté, Mulhouse s’est appliqué à reconduire ses cadres, ainsi sa capitaine, Bojana Markovic, Olga Trach et Léa Soldner, mais doit aussi supporter une lourde perte, avec le départ du grand talent belge, Britt Herbots, pour l’Italie et le Bursto Arsizio.

 

Nantes et son nouvel entraîneur champion de France, Cyril Ong, ont aussi beaucoup à refaire, mais là encore, ça s’échafaude tranquillement. Odette NDoye a été prolongée et la libéro serbe d’Evreux, Tatjana Burmazovic, est annoncée. Le club signe également un gros coup avec le retour de la réceptionneuse/attaquante croate Hana Cutura, après une saison passée en Pologne. Saint-Raphaël y va aussi paisiblement et retrouve avec plaisir la centrale slovaque, Michaela Abrahamova, de retour après une saison en Alsace. Désormais colocataire de la salle Charpy les soirs de match, Paris Saint-Cloud se prépare à ce nouveau challenge sans précipitation. Au rang des arrivées, seule la centrale française, Isaline Sager-Weider, est révélée. A Venelles, on ne se précipite pas non plus. Pauline Martin, pleinement remise de sa blessure au genou, espère vivre une saison pleine, sous les ordres de Félix André, le sélectionneur de l’équipe de France féminine, qui a prolongé l’aventure avec le PAVVB. 


*Sous réserve d'homologation par la ligue référente