Billetterie

Chaumont, en reconstruction

le 06/10/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

TOUR DE FRANCE DES CLUBS : CHAUMONT (LAM)

Le champion de France en titre, qui défie Ajaccio demain en Supercoupe, a pris un peu de retard durant l’intersaison. S’il n’est pas encore totalement prêt, le CVB 52 veut construire sans s’affoler.

 

A presque 70 ans, Silvano Prandi a mené tant de batailles, a vécu tant de choses qu’il n’est pas homme à se tourmenter à la moindre contrariété. On ne lui raconte plus l’histoire au coach italien. Alors, quand il a fallu reprendre la truelle, la taloche et le burin pour reconstruire un mur, rebâtir une équipe capable de se lancer sans couardise à l’assaut d’une saison qui promet d’être longue, vive et intense, qui risque de secouer les couennes, entre un tire LAM à défendre et une expérience historique pour le club haut-marnais en Ligue des Champions, Silvano a tiqué certes, mais il est resté stoïque.

 

Evidemment, les départs de Wounembaina, Patak, Closter ou McDonnell ne sont pas anodins, évidemment le parachutage à Reims pour y jouer les matches européens «à domicile» n’est pas ce qu’il y a de plus confortable, mais l’entraîneur transalpin ne veut pas s’appesantir plus que cela. Quelles que fussent les circonstances, ça reste du volley et la recette est immuable. «La philosophie, c’est toujours la même : rechercher la meilleure qualité de jeu possible et l’adapter aux caractéristiques des joueurs qu’on a recrutés. On a changé beaucoup de choses, c’est une nouvelle équipe. Il faudra du temps pour trouver l’efficacité. Tout est à reconstruire», résume le technicien chaumontais.

 

Il n’est pas seul dans ce cas. Pas mal d’équipes LAM ont dû reprendre les outils cet été. Mais c’est certain que pour Chaumont, tout fut un peu plus délicat, un peu plus compliqué. Car les dossiers n’ont pas manqué. Il a fallu gérer et acter la délocalisation dans la Marne des matches de Ligue des Champions. Et côté effectif, Silvano n’a pas été épargné. Jonas Aguenier a rechuté et est à nouveau out pour deux mois et le central ouzbek initialement recruté, Akhrorjon Sobirov, a finalement préféré rester au pays pour des raisons familiales. Dans l’obligation de se retourner très vite, Chaumont a appelé à la rescousse l’ancien tourangeau et international canadien, Daniel Jansen van Doorn (2,08m).

 

Un rafistolage, un peu de bricolage, ce fut souvent le lot du champion une bonne partie de la préparation. Avec un effectif réduit et du retard à l’allumage, le CVB 52 est loin de la pleine forme, selon son coach, à la veille de disputer la Supercoupe et de tenter de glaner le premier titre de la saison 2017-2018. «On a eu beaucoup de problèmes, on a perdu beaucoup de matchs en préparation et on ne joue pas encore un bon volley. On s’est entraîné pendant près d’un mois avec six, sept joueurs, les deux Canadiens (Van Doorn et Duquette) sont arrivés avant-hier et on attend encore Ben Tara qui doit faire le championnat d’Afrique et qui n’arrivera que fin octobre», explique Silvano.

 

Le premier constat semble donc annoncer une saison délicate pour le champion. «On a compris que ce sera difficile. Notre objectif sera d’entrer dans les Play-Offs. Le premier objectif doit être celui-là», convient le coach. Une posture prudente et habile tout à la fois, histoire peut-être de titiller l’orgueil et la fibre compétitrice qui sommeillent en son effectif, à la veille de disputer face à Ajaccio ce match de Supercoupe. «On n’est pas prêt encore pour des matchs importants, mais quand on joue, on joue toujours pour gagner, on ne joue jamais pour perdre ! Et en volley, il n’y a pas de match nul», sourit le coach chaumontais, qui veut aussi dédramatiser l’évènement. «On va jouer, on verra. Si on gagne, on fêtera cela et si on perd, on pensera à Nantes, notre premier adversaire en championnat.» Dans tous les cas, Chaumont, le champion, aura au moins posé une brique de plus dans sa reconstruction.