Billetterie

Cannes veut cracher le feu

le 27/09/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

TOUR DE FRANCE DES CLUBS : CANNES (LBM)

Rétrogradé en Ligue BM, l’AS Cannes a revu beaucoup de choses, à commencer par l’identité du club. Désormais dénommés les Dragons, les Cannois visent la remontée en Ligue AM illico.

 

Pas de faux-semblant, pas de tergiversation, pas d’atermoiement : l’AS Cannes n’est pas en Ligue BM pour se la couler douce et y vivre des années paisibles. Club historique, emblématique du volley français, le nonuple champion de France n’a qu’un désir, une seule aspiration : retrouver au plus vite son rang, sa place en première division. «C’est clairement l’objectif avoué», reconnaît l’entraîneur de l’AS Cannes, Arnaud Josserand. «Maintenant, quand on descend, ce n’est jamais facile. Il faut tout remettre en place, il y a pas mal de questions et l’on sera un peu la bête à abattre.»

 

Un contexte délicat à gérer forcément, d’autant que la saison dernière, terminée sur une défaite à Coubertin, face à Rennes, synonyme de relégation, a laissé au sol regrets et interrogations. Avec 23 sets perdus de deux points, un lot de blessés et un collectif jamais véritablement en vitesse optimale, Cannes s’est cherché toute l’année. «Je retiens que la mayonnaise n’a pas super bien pris au niveau de l’équipe. Dommage car intrinsèquement, on pouvait lutter pour les Play-Offs. Il ne manque pas grand-chose pour basculer d’un côté ou de l’autre. On n’était jamais très loin, mais jamais très près non plus», résume l’entraîneur azuréen.

 

Cette saison, l’histoire sera donc différente, le projet aussi, revu, repensé, corrigé. D’abord, Pierre Pujol, iconique gardien du temple, est parti. Emmanuel Ragondet aussi. Et le très prometteur Timothée Carle a préféré s’épanouir en Ligue AM, à Ajaccio. Cannes doit donc reposer ses bases, son identité. Comme une nouvelle naissance. «On était arrivé au bout d’un cycle, on essaie de rebâtir quelque chose», confirme Arnaud Josserand. Même l’emblème du club a changé. Les Dragons sont nés ! Cannes se veut plus puncheur, plus accrocheur.

 

Pour relever le challenge de la remontée, l’AS Cannes a mixé l’expérience et la jeunesse. «On a  essayé de bâtir un groupe homogène, avec peut-être un peu moins de talent, mais avec des joueurs tournés vers le collectif», résume le technicien cannois. Entre les arrivées de joueurs au vécu pansu, tels les réceptionneurs australien et brésilien, Nathan Roberts et Daniel Maciel, le central US, Antwain Aguillard, ajoutés aux piliers du club, Jiri Kral, Thomas Zass ou Alexis Farjaudon, le recrutement d’un passeur tout à la fois de métier et de devenir, Raphaël Corre, et la réactivation depuis cet été du centre de formation, Cannes présente une structure d’équipe complète. «C’est un mixte intéressant, en espérant que la mayonnaise prenne vite», admet le coach, qui dispose de dix joueurs pros plus deux aspirants, et qui sera assez vite fixé sur la valeur de son groupe, avec un premier match à Nancy puis la réception de l’autre favori, Narbonne !

 

Mais l’AS Cannes ne devrait pas flancher à la moindre contrariété. Même le staff a pris de l’épaisseur avec l’arrivée de Luc Marquet, en tant qu’assistant, dévolu principalement à la préparation physique. «On entoure un peu plus l’équipe de compétence», convient Arnaud, en prévision de quelques samedis soirs brûlants. «Contre nous, il y a des équipes qui vont jouer à 150% et le jour où ça va passer, dans des salles surchauffées avec du public, ça peut être compliqué pour nous. J’ai expliqué aux joueurs que la meilleure manière d’atteindre notre objectif, c’est de s’appuyer sur le jeu. Ne rien lâcher et faire confiance à l’équipe, rester ensemble.» C’est ainsi, sans doute, que les nouveaux Dragons cannois, pourront cracher le feu…