Billetterie

Cambrai, le poil à gratter

le 16/09/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

TOUR DE FRANCE DES CLUBS : CAMBRAI (LBM)

Reconstruit à l’été 2016, le Cambrai Volley a parfaitement réussi sa saison, terminant dans le dernier carré du championnat régulier. C’est sur ces mêmes bases, avec cette fois un effectif largement reconduit, qu’il veut confirmer la belle dynamique.

 

Il a les deux pieds bien posés sur ce bout de terre qu’il connaît par cœur. Quand d’autres tâtonnent, écarquillent les yeux pour tenter d’y voir clair dans ce championnat de Ligue BM où l’on vit en pagaille, où l’on peut tomber sur tous les champs de bataille, Cambrai, lui, avance sagement mais résolument. Non pas qu’il croule sous l’argent et les damas. Loin de là. Cambrai a le budget bien modeste et l’ambition raisonnée. Mais surtout, il a l’histoire de la Ligue BM dans le sang. A la rentrée, cela fera quatorze ans consécutivement que le fleuron sportif de de la ville y promène sa carcasse. Alors, forcément, ce championnat en sous-sol de l’élite, Cambrai le connaît très bien. «Le volley à Cambrai est le sport phare. On a pris la place et on la tient depuis quatorze ans. On ne la lâche pas», sourit son président, Jean-Michel Machut. «On est sans doute le plus vieux club de Ligue B aujourd’hui. Nos partenaires nous suivent depuis quatorze ans, au comité directeur, ce sont des gens sages et expérimentés. Il n’y a pas de recette miracle, mais c’est un gage de longévité.»

 

Sûrement que cette connaissance du terrain et la concorde entre les hommes ont aidé à réaliser cette jolie saison dernière, alors que le club entamait pourtant la phase de reconstruction. Avec un nouveau coach (Gabriel Denys), une équipe repeinte du sol au plafond, rien n’était garanti. Mais au final, c’est assez clinquant, avec une 4e place solide, à trois points de Rennes et avec onze longueurs d’avance sur le 5e, Saint-Nazaire ! Un petit bonheur inespéré. «C’est une saison très réussie», raconte le président. «Cela a été une fête cette année, que du bonheur. Et quand elle est réussie comme ça, la salle est bien remplie et ça vibre.» Et même si l’élimination en quart de finale face à Saint-Nazaire a laissé sur la fin une petite pointe de regret, Cambrai veut maintenant profiter de ce nouvel élan.

 

Il n’a donc pas cassé le fil. Le noyau dur, les cadres, tels Bazin, Alpha, Deev, Jecmenica entre autres, ont rempilé illico. «La première ambition du club, c’était de garder nos cadres et on a gardé tout le monde ! Ça c’est une grosse satisfaction», convient Jean-Michel Machut. Restait ensuite à compléter, à améliorer le deuxième escadron, la qualité du banc, tout en incorporant un libéro de métier, le Canadien, Jordan Or, pour assoir encore un peu plus la réception. Car Cambrai n’a pas l’intention de redescendre d’un cran. Même si Narbonne et Cannes déboulent avec force, le «petit» club de Nord-Pas-de-Calais-Picardie tient fermement à son gros lot de résultats et d’émotions. «L’idée, c’est de rééditer cette saison. Les joueurs doivent garder ce niveau de jeu. L’ambition, a minima, c’est les Play-Offs, mais avec le désir de conserver cette 4e place», avise le président.

 

Cambrai avance pas à pas, dans la mesure de ses moyens. Derrière une jolie saison, l’inspiration et les grandes idées ne manquent pas. Vecteur de communication, puits de lumière dans la ville, Cambrai Volley veut encore grandir, tout en renforçant le lien avec le public. L’an passé, ils étaient 800 en moyenne à Vanpoulle. Ce n’est pas un raz-de-marée, mais dans une salle de 1200 places, c’est tout de même quelques mots d’amour. «On continue notre chemin, on continue à apprendre. Ce n’est pas parce qu’on termine 4e que l’on n’a plus rien à apprendre. L’an dernier, on a vécu de grands moments, on a mené 2 sets à 1 à Tourcoing, on a battu Rennes chez nous. C’est ce que le public va redemander cette année ! Les joueurs le savent et ils vont se sublimer encore. Ce sera difficile de venir nous battre chez nous je pense. On a hâte que ça démarre !», s’enthousiasme Jean-Michel Machut, impatient de reprendre le fil de l’histoire…