Billetterie

Sète, revanchard et gourmand

le 13/09/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

TOUR DE FRANCE DES CLUBS : SETE (LAM)

Passé tout près de la relégation la saison dernière, l’Arago veut se nourrir de ces difficultés et rebondir très vite. Les objectifs sont fixés : du jeu offensif et une place en Play-Offs.

 

Même s’il n’avait guère de doutes, Fabien Dugrip guettait avec impatience les premiers gestes de ses hommes. Certes, depuis la chute brutale au printemps dernier, du temps était passé, mais l’écorchure était encore là, la plaie visible, forcément. Finaliste en 2016, invité à la grande table de la Ligue des Champions, Sète, l’ébouriffant, est lourdement tombé l’an dernier. Et c’est heureux qu’il ait pu accrocher la paroi du bout des doigts, en prenant un point à Cannes lors de la dernière journée, sauvant ainsi sa peau en Ligue AM. Alors, le jour du premier rassemblement, Fabien avait envie de voir ce que ses hommes avaient dans le ventre. Et il a vite compris. «Les premiers jours de reprise, on n’avait que le noyau dur ou presque, les recrues n’étaient pas encore arrivées. On a senti tout de suite que quelque chose s’était construit, renforcé par le sauvetage de l’année dernière», expose-t-il.  

 

Voilà donc l’Arago lancé dans une saison, avec un appétit féroce et cette volonté acharnée de laver l’affront. La saison passée a été manquée. La faute à pas de chance, à plein de petites choses finalement, à des blessures majeures (Gommans et Mendez notamment), à une énergie vite consommée par la Ligue des Champions, à un changement de cycle et la prise de fonction pas simple à la tête technique de Fabien Dugrip. Tout cela faisait beaucoup, trop sans doute pour l’Arago. Mais aujourd’hui, ça semble digéré. Mieux, la période délicate vécue par les Sétois a sans aucun doute nourrit le club, les joueurs et l’entraîneur lui-même. «Il y a un groupe revanchard, qui a envie de faire  une belle saison, de prouver qu’on ne méritait pas ça», raconte Fabien, qui estime avoir, lui aussi, grandi très vite dans le rude de la saison dernière. «En tant que premier coach, j’avais des repères à prendre l’an passé. Sur certains systèmes de jeu, mes idées ont été renforcées, celles des joueurs aussi. C’est plus naturel maintenant. Tout roule, c’est à nous de jouer ! J’ai essayé de prendre le positif de ce qui s’est passé et cela m’a fait grandir énormément.»

 

Sète a donc les idées claires et des envies gourmandes. D’autant qu’il a déjà posé quelques jalons. Rafael Redwitz, Nicolas Mendez et Marien Moreau sont restés au club et demeurent les dépositaires du fond de jeu. Un jeu que Fabien Dugrip a déjà balisé et qu’il aimerait un peu plus physique et offensif que l’an passé. Le recrutement va d’ailleurs en ce sens, avec deux jeunes potentiels intéressants, le central canadien Arthur Szwarc (2,09 m, 22 ans) et le réceptionneur-attaquant Branimir Grozdanov (1,98 m, 23 ans). Pour suppléer le départ du jeune Médéric Henry et compléter le tout, Sète a également appelé le central argentin, Facundo Imhoff (2,02 m, 28 ans). «Ça va vite à l’attaque, c’est assez propre au block, c’est le style de joueur qu’on cherchait», se félicite d’ailleurs Fabien, satisfait du puzzle collectif qui est en train de se mettre en place.

«On a passé un cap au niveau du centre et à l’aile. On a des joueurs plutôt physiques, il faut qu’on ait un peu plus de variétés offensives, un peu plus d’agressivité en attaque et sur le bloc-défense. Les premiers ressentis sont plutôt positifs. Après ça ne dépend pas que de nous non plus. Mais l’équipe est sympa en tout cas», expose-t-il. Et déjà résolument tournée vers le Top 8, histoire de retrouver un peu de hauteur…