Billetterie

Saint-Quentin, le nouvel horizon

le 12/09/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

TOUR DE FRANCE DES CLUBS : SAINT-QUENTIN (LBM)

En quête d’un nouveau souffle après une dernière saison délicate, Saint-Quentin a changé de direction technique et modifié son effectif en profondeur. Pour viser les Play-Offs d’abord et pourquoi pas un peu plus haut.

 

 

Les mots sont posés, le ton est calme. En creux, il y a cette pointe de plaisir, matinée de sérénité. Claude Roghe est de retour sur un banc de touche, au bord de la ligne, en grand ordonnateur des affaires techniques d’une équipe de volley professionnelle. Et pour tout dire, cet homme n’est peut-être jamais aussi heureux que dans ce petit périmètre-là… «Je n’ai ni télé, ni radio chez moi. En fait, je suis un fou de volley, un peu autiste peut-être, je regarde tous les matchs», dit-il dans un sourire saupoudré d’autodérision.

 

C’est donc lui, l’ancien entraîneur d’Asnières, qui va guider désormais le destin du Saint-Quentin Volley. Après une dernière saison cahoteuse, terminée à l’avant-dernière place, loin des objectifs du club, le SQV change d’histoire et d’horizon. L’emblématique coach serbe Nenad Komnenic cède la place, même s’il reste au club et se rapproche de la formation, et Claude Roghe s’y colle avec beaucoup d’envie et d’humilité. Après une année de break, l’ex Asniérois se serait bien vu en poste à l’étranger. Et puis, Saint-Quentin s’est manifesté, l’opportunité s’est présentée et il ne pouvait évidemment pas l’ignorer. «Je suis content de retourner dans le giron professionnel, content d’être à Saint-Quentin, un club structuré, un super outil de travail dans la ville», confirme le nouveau technicien saint-quentinois.

 

Depuis le 21 août dernier, date de la reprise, Claude a replongé avec avidité et délice. Et ses joueurs ne chôment pas. Sur les quatre premières semaines de travail, l’emploi du temps affiche neuf séances hebdomadaires dont quatre de physique. «Pour moi, la philosophie est simple : beaucoup de travail, beaucoup de travail et encore beaucoup de travail, avec une bonne dose d’humilité. La Ligue BM, c’est le Far West ! Beaucoup de clubs se tiennent dans un mouchoir de poche au niveau budgétaire et cela donne un championnat très serré», estime le coach. Quand en plus, l’effectif a été copieusement renouvelé, aux postes clés notamment, cela nécessite forcément pas mal de répétition, avant de jouer dans le bon tempo. «Il y a pas mal d’automatismes à trouver, de réglages à faire. Au niveau des objectifs, comme il n’y a pas de descente, on ne va pas dire que l’on joue le maintien. Les Play-Offs sont l’objectif principal du club. Et secrètement, on rêve à une place dans les quatre premiers», concède-t-il.

 

Pour espérer en arriver là, il faut d’abord poser les bases. Notamment, sur la diagonale passeur-pointu, qui sera tenue à la rentrée par l’Ukrainien Dmytro Shlomin et le Polonais Jaroslaw Lech.  «La Pologne, c’est un peu l’autre pays du pointu», sourit l’entraîneur du SQV. «Jaroslaw est très complet sur les trois secteurs, service, bloc, attaque. Quant au passeur, Dmytro, il a ce qu’on attend d’un passeur moderne. Il a un pouvoir créatif intéressant, un bon service et ce n’est pas un «trou» au bloc.»

 

Doucement, Saint-Quentin met donc les choses en place. En attendant que le central australien, Beau Graham, ne débarque, l’effectif se découvre tranquillement. «Le groupe est nouveau, il a besoin de vie commune», confesse Claude Roghe. Mais au moins l’équipe connaît-elle déjà la trame du jeu souhaité par son coach. «Le volley, c’est simple : c’est service, réception et pas de fautes !», sourit le technicien. «Après on aimerait avoir un jeu intelligent, qui ne soit pas juste basé sur la puissance, qui puisse réponde et s’adapter à la situation.» Si le SQV remplit toutes ces cases, il pourrait alors s’ouvrir un nouvel horizon…