Billetterie

Tourcoing, la première marche

le 23/08/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

TOUR DE FRANCE DES CLUBS : TOURCOING (LAM)

De retour en Ligue AM, Tourcoing a eu du temps pour peaufiner son équipe et ciseler ses ambitions. Et le club des Hauts-de-France ne revient pas dans l’élite pour faire de la figuration.

 

C’est un peu comme si la machine ne s’était jamais véritablement arrêtée. Sacré et propulsé en Ligue AM avant même la fin mars, le TLM a continué à avancer. Emporté par son élan. Toute la saison dernière, Tourcoing a ouvertement chassé la première place, sans se cacher. Tous les plans échafaudés se sont déroulés sans accroc et le club nordiste a plié l’affaire en deux temps, trois mouvements, s’assurant le titre et l’accession aux premiers bourgeons. Une aubaine évidemment, une sacrée bonne affaire, car cela a offert au président, Vincent Royer et à son coach, Igor Juricic, un gros sablier pour préparer la rentrée. Mais ce fut presque trop, à écouter le coach, qui se serait bien vu guerroyer un peu plus avec ses hommes, histoire de nourrir encore la bête.

 

Il le fit donc «à vide», histoire d’entretenir le corps et la charpente d’une équipe très peu modifiée. «C’est vrai que la saison s’est terminée trop tôt», avoue l’entraîneur croate, qui a comblé le manque par quelques séances de travail. «Après la saison, on a pris un peu de repos, mais on a continué à travailler avec les jeunes du centre de formation et les pros qui n’étaient pas partis. Jusqu’au 20 juin, on en a profité pour bosser pour le futur. On a pris ce temps-là, qui était un moment agréable pour travailler sur les physiques de chacun, les petits défauts. C’était moins intensif qu’en pleine saison, mais ce n’était pas du temps perdu.»

 

D’autant que Tourcoing n’a pas eu à trop se creuser la tête pour confectionner son équipe. Le noyau dur, signé pour deux ans dès septembre 2016, a rempilé illico. L’ambition était déjà en terre, les bases posées depuis un an. «Dès l’année dernière, on a signé les joueurs sur plusieurs années dans l’optique de la montée car on comptait sur eux. C’est ma philosophie de travailler avec les joueurs sur plusieurs années, de progresser ensemble. Je ne suis pas quelqu’un qui pense que c’est forcément meilleur dans le jardin des autres», explique le technicien tourquennois. Trois joueurs seulement ont donc rejoint le TLM : le libéro Julien Lemay, pour un retour à la maison, le réceptionneur-attaquant estonien, Martti Juhkami, le meilleur à son poste en Ligue BM avec Rennes en 2016, et le central autrichien, Peter Wohlfahrtstätter. Avec treize joueurs à dispo dès la reprise de l’entraînement avant-hier, Tourcoing est déjà en ordre de marche.

 

Mais le club est ambitieux et il se pourrait bien qu’un réceptionneur vienne encore renforcer l’équipe d’ici peu. Car l’idée est claire et limpide : Tourcoing n’a pas l’intention de végéter. Derrière la légitime prudence qui colle à tous les promus, le triple finaliste LAM (2001, 2002, 2009) a de grandes idées. Cette saison, les Play-Offs sont en ligne de mire et, à moyen terme, dans trois ou quatre ans, le TLM veut s’inviter à la table des cadors, briguer une place européenne et lutter avec les meilleurs. «Ça va être un premier contact avec la Ligue A Masculine pour certains joueurs, pour moi aussi. Ça va être un test pour nous. Mais le club connait ce niveau. On est prudent, mais on n’a pas peur. La Ligue AM, c’est costaud, mais c’est un championnat à 12 équipes où 8 participent aux Play-Offs ! Le club a depuis toujours des ambitions et moi, comme entraîneur, je dois le suivre. L’objectif est annoncé.» 

 

Tourcoing sait aussi qu’il peut s’appuyer sur un socle solide : un axe réception-passe-attaque rodé et performant et une qualité de service avérée et indispensable pour exister au plus haut niveau aujourd’hui. Mais il est aussi conscient que rien ne lui sera donné. En Ligue A Masculine, tout compte, tout se voit, tout est scruté. «La puissance, le service sont des différences fondamentales par rapport à la Ligue BM, mais il y a aussi la préparation du match», explique d’ailleurs Igor Juricic. «En Ligue AM, le staff est plus grand, la préparation plus sérieuse. Les adversaires vont nous connaitre mieux, c’est plus difficile de cacher ses points forts et d’agresser l’adversaire sur ses points faibles. Ça va demander plus de stratégie, plus de mental. On n’aura aucune victoire facile. Ça va être un challenge sportif et humain. Mais je crois qu’on a des joueurs assez talentueux pour répondre à ce championnat.» Et même encore un peu de temps pour s’y préparer.