Billetterie

Avignon connaît la chanson

le 21/08/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

TOUR DE FRANCE DES CLUBS : AVIGNON (LBM)

De retour chez les pros, en Ligue BM, Avignon ne saute pas dans l’inconnu. Le club vauclusien fait confiance à son groupe de l’an dernier pour s’inscrire durablement dans un monde qu’il a déjà largement fréquenté par le passé.

 

C’est presque un juste retour des choses. Avignon en Ligue BM, ça ne fait pas vraiment sensation, ça n’interpelle pas grand-monde. Il y a cinq ans, l’AVB frayait encore en Ligue AM et il fut même, dans un passé plus lointain certes, à la fin des années 90, un représentant français en Coupe d’Europe ! Alors, retrouver le champion de France Elite 2016-2017 sous drapeau LNV à la rentrée, en lisière de la LAM, c’est un peu comme revenir à la normale.

 

Oubliées les années délicates, où une santé financière précaire en avait fait un club de guingois. Aujourd’hui, Avignon est debout, droit et d’aplomb. Et son coach fidèle, José Amet, à la tête du navire depuis 2005, a bien l’intention de le faire voguer paisiblement mais hardiment sur les eaux de la Ligue BM. Car, dans un championnat rétréci à dix équipes, le club vauclusien n’y vient pas dans ses petits souliers. Avec un budget limité, aux alentours de 600 000 euros, mais avec un recrutement court et pensé au plus juste, l’AVB veut se faire entendre. «Je dirai aux joueurs qu’il faut être ambitieux. Certains seront revanchards, auront envie de montrer quel niveau ils ont. J’attends la bonne surprise», raconte sans détour l’entraîneur avignonnais, qui a clairement les Play-Offs en visée.

 

Et José compte bien sur l’élan et l’osmose de son groupe pour se propulser vite d’entrée. En gardant le noyau dur, les hommes qui ont fait la montée, et notamment son axe majeur, passeur-pointu (Ricardo Martinez et Maoni Talia), en y injectant du renfort aux postes à la réception et au centre, avec les arrivées de Gauthier Bonnefoy (ex-Montpellier), Olivier Ragondet (Rennes) et celle du central camerounais, Sem Dolegombai, le technicien est parfaitement dans la philosophie et les plans échafaudés avec son président, Thierry Minssen. «Quand un groupe fonctionne bien, vit bien ensemble, garder une ossature, ça paraissait logique. Il faut savoir être connaissant. Après, il y a une volonté aussi de donner la chance aux jeunes, de jouer sur le côté humain. Bonnefoy, Ragondet ont envie de jouer, de montrer des choses et le camerounais peut nous apporter une dimension physique intéressante.»

 

En misant sur un collectif déjà rodé en début de saison, Avignon espère aussi colmater un peu les manques offensifs ou athlétiques au regard des poids lourds de la division, comme l’AS Cannes ou Narbonne. «La Ligue BM, c’est homogène, les matchs sont serrés et physiquement, c’est plus compliqué», envisage José Amet. «Peut-être qu’on manquera de puissance offensive, il faudra compenser par d’autres qualités, de défense par exemple. Mais je sais que les joueurs ont le niveau de la Ligue BM.» Avec une salle Champfleury qui n’est plus de toute première jeunesse, mais qui est désormais dotée de peintures fraîches et d’un terrain tout neuf, Avignon, dans sa nouvelle peau, a donc bien l’intention de faire le beau à la rentrée.