Billetterie

PLAY-OFFS : QUARTS DE FINALE (retour)

le 13/04/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Paris sorti lui aussi !

Après Tours, Paris, champion en titre et autre monument du volley français, est éliminé des Play-Offs de Ligue AM par Ajaccio dès les quarts de finale. En LAF, ça passe pour Cannes, tandis que Béziers arrache la belle.

 

LAM

C’est un coup de tonnerre retentissant dans le volley français, un événement qui fera date, incontestablement : pour la première fois depuis… 1992, le dernier carré du championnat se fera sans Paris, ni Tours ! C’était alors un autre temps, une autre formule de championnat, un autre club parisien à l’époque, mais, à coup sûr, lors des 24 dernières saisons, Paris ou Tours ou souvent les deux, prenaient systématiquement place dans le Top 4 final ! Et il faut remonter à 2005 pour trouver même trace d’une finale de Ligue AM sans l’un ou l’autre ! Bref, le volley français tremble sur ses plus illustres fondations cette année. Après Toulouse, tombeur de Tours, c’est donc Ajaccio hier qui a sorti en deux manches le champion de France parisien, au terme d’un match enflammé au Palatinu et gagné au bout du bout (3-2) ! Et Paris sera tombé comme il a péché toute la saison, en faisant certes plus de points que son adversaire, mais aussi en en donnant presque deux fois plus (34 fautes directes à 19)… On connaît donc trois des quatre qualifiés en Ligue AM désormais : Chaumont, Toulouse et Ajaccio. Le dernier ticket reviendra au vainqueur du match d’appui Montpellier – Nice, qui se jouera demain dans l’Hérault devant les caméras de L'Equipe.

 

LAF

Mulhouse n’a même pas eu le temps d’avoir peur. Hier à Paris, l’ASPTT a tenu son rang et ménagé ses forces pour la suite, en dominant paisiblement le SF Paris Saint-Cloud (0-3). Et voilà maintenant que se profile un alléchant et spectaculaire Mulhouse – Cannes devant les caméras de L’Equipe en demi-finale. Car les Cannoises ont, elles aussi, plié l’affaire en deux matchs. Après s’être magnifiquement bagarrées en terre nantaise à l’aller, les filles de Laurent Tillie ont encore fait preuve de combativité et de rébellion hier, à l’image du match titanesque de Myriam Kloster au block (9 contres !), face à des Nantaises qui ne furent jamais très loin du compte sur les deux matchs. Mais au-delà du grand caractère affiché par les Cannoises, l’arrivée en toute fin de saison régulière du joker russe, Rosir Kalderon Dias (23 points hier), est une sacrée bonne pioche.

De l’autre côté du tableau, Le Cannet a tenu son rang en s’imposant à Venelles (1-3) et le voici propulsé en demi-finale, mais toujours dans l’attente de son adversaire. Car Béziers a renversé la série face à Saint-Raphaël, en l’emportant dans le Var, au tie-break (2-3). Menées 2 sets à 1, les Angels s’en remettaient aux bras armés de Liliom et Haak (46 points à elles deux), tandis que Pauline Martin (5 contres) apportait une dissuasion précieuse au filet. Tout se jouera maintenant dans l’Hérault samedi.

 

LBM

Et le rêve continue pour Saint-Nazaire. Promu l’été dernier, demi-finaliste au printemps ! Hier, c’est Cambrai, pourtant solide toute la saison, qui a plié en cinq sets (3-2), au terme d’un match incroyable d’intensité et de rebondissements, terminé par un succès 19-17 au 5e set ! Lionel Coloras a encore fait un gros chantier (30 points) et livré un duel magnifique à Stéphane Alpha (32 points). En revanche, Saint-Nazaire doit patienter pour connaître son adversaire, puisque Lyon a égalisé hier dans la série face à l’AS Cannes, grâce à un franc succès (3-0). Mais le match fut tout de même émaillé de 86 fautes directes (43 de chaque côté) ! A l’autre bout du tableau, Rennes aussi devra en passer par un match d’appui samedi. Le n°3 de la saison régulière a en effet chuté à Orange, là aussi en cinq sets (3-2), sous les assauts inspirés de la paire Gavrilovic-Mitrovic, auteure de 50 points à 72,5% de réussite en attaque !