Billetterie

Le champion dos au mur

le 12/04/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Battu par Ajaccio à l’aller, le Paris Volley n’a pas le choix ce soir en Corse et doit gagner pour relancer la série. En LAF, Béziers à Saint-Raphaël, et Nantes à Cannes, sont dans la même fâcheuse posture.

 

LAM

La révolte ou le grand vide. Tel est le défi du champion en titre Paris. Battu sèchement par Ajaccio au match aller, incapable de gagner à domicile depuis le 22 janvier (cinq défaites de suite), le Paris Volley se retrouve au bord du précipice, dans l’obligation d’aller chercher ce soir en Corse un match d’appui pour ne pas sortir des Play-Offs dès les quarts de finale ! La mission est périlleuse mais les hommes de Dorian Rougeyron ont sûrement démontré plus de solidité et de maîtrise à l’extérieur qu’à la maison cette saison. Et puis, ils ont dominé le Gazelec au U Palatinu en saison régulière (2-3). Il leur faudra en tout cas s’inspirer de Montpellier, qui a su remettre les choses en ordre en s’imposant avec autorité à Nice avant-hier soir (0-3), après avoir pris le même éclat à l’aller. Bien poussés par un excellent Andrii Diachkov (23 points à 76%), propulsés par un service performant (9 aces), les Héraultais tenteront maintenant de conclure l’affaire vendredi à la maison lors du match d’appui.

 

LAF

Tout le monde est sur le pont pour des quarts de finale groupés en LAF ! Mais les états de forme et les attentes divergent sérieusement. Si la tête de série n°1, Mulhouse, se rend à Paris avec un point en poche et le désir évident de plier son quart en deux manches, Béziers et Nantes, grandes animatrices de la saison, sont, elles, dos au mur. Battues par Saint-Raphaël à l’aller, les Angels auront évidemment besoin de retrouver une très grande Isabelle Haak pour relancer la série. A l’aller, la jeune attaquante franco-suédoise, MVP de la saison, avait un peu pioché (17 points à 35%) et Béziers était tombé. Pour Nantes, malheureux de n’avoir pas su conclure la première partie face au RC Cannes alors qu’il l’avait en mains, il s’agit de rester fort mentalement. Sylvain Quinquis veut croire que rien n’est fini, d’autant que Nantes avait dominé les Cannoises sur la Côte en saison régulière. Enfin, Le Cannet s’est fait une grosse frayeur à l’aller, avant d’arracher le premier point face aux ReBelles de Venelles au tie-break. Cela a sûrement eu l’effet de placer les joueuses de Carlo Parisi en plus grande vigilance. Mais Venelles, vainqueur de la Coupe de France, joue ce quart sans pression et cela rend cette équipe forcément dangereuse.

 

LBM

Le président nancéien, Bertrand Barbier, avait bien senti, sur la fin de la saison régulière, que le temps faisait lentement son œuvre sur ses hommes. Et face à un Plessis-Robinson, encore frais et en confiance face à un adversaire qu’il avait dominé en toute fin de saison régulière, le poids des matchs a pesé et Nancy, pourtant 2e de la phase régulière, a chuté en deux manches ! Et pour le coup, Le Plessis-Robinson n’a rien volé, se montrant plus efficace et entreprenant en attaque, sous les assauts de Faïpule Kolokilagi, sa pointe bien aiguisée (22 points à 62%). Forts de leur exploit, les hommes de Cédric Logeais guettent maintenant leur prochaine proie. Rennes a un temps d’avance, avant de se rendre à Orange ce soir, une équipe que les Bretons ont battue deux fois cette saison. Dans l’autre partie de tableau, Cannes, le pensionnaire de LAM, aimerait confirmer son net succès de l’aller et plier son duel face à Lyon en deux manches. Dans le dernier quart, entre Cambrai et Saint-Nazaire, les deux belles surprises de la saison, l’affaire est excitante. Les Nazairiens ont en effet renversé la série en s’imposant dans le Nord et promettent une chaude ambiance ce soir, alors qu’ils ne sont plus qu’à un succès d’une demi-finale de Play-Offs !