Billetterie

Lueurs et rigueurs d’Europe

le 06/04/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Les deux finalistes européens, Tours et Chaumont, ont vécu une entame de Play-Offs très compliquée. Tours est tombé chez lui face aux Spacer’s, tandis que Chaumont s’en est sorti d’extrême justesse devant Poitiers.

 

 

Avoir sa trombine sur la dernière affiche européenne, réussir l’ascension jusqu’au sommet et s’apprêter à vivre un moment magique, dans une ultime lutte pour un titre européen, ça se mérite et ça vaut tous les sacrifices. Sans calcul, sans concession, sans tergiversation. Pour Tours et Chaumont, les deux héros français 2016-2017 sur le front de l’Europe, c’était une évidence. Aujourd’hui, ils sont à deux matchs d’un sacre européen, en CEV Cup pour Tours, opposé aux Italiens de Trente en finale, en Challenge Cup pour Chaumont, qui défiera les Russes de Novy Ourengoï la semaine prochaine. Seulement voilà, un tel parcours, balisé dans la frénésie des Play-Offs, ça coûte en énergie, en attention, en férocité physique et mentale. Tours et Chaumont ont souffert mille maux lors de leur quart de finale aller. Pour le TVB, ce fut même plus que cela. Battu dans sa salle par Toulouse (1-3), avant-hier soir, en ouverture des Play-Offs, les tourangeaux n'ont déjà plus le choix demain en Occitanie, alors qu’ils ont forcément déjà calé dans un coin de leur tête la finale aller de la CEV, mercredi prochain en Italie !

 

Toulouse, plus frais dans son corps et dans sa tête, a sauté sur la bête fatiguée et saisi l’aubaine. Bien sûr rien n’est fait et le TVB a déjà retourné tant de situations par le passé, que Cédric Enard, l’entraîneur toulousain, a bien conscience que cette grande victoire n’est qu’un pas, une étape, une première touche au duel. Mais Toulouse, qui, par son audace et sa force de frappe offensive, posa déjà tant de problèmes au TVB en saison régulière (1 victoire des deux côtés, 3-2 à chaque fois), a les atouts en poche pour contrarier la rébellion tourangelle.

 

Hier soir, Chaumont ne fut pas loin de subir le même sort, dans son antre bouillante de Jean Masson. Le leader de la saison régulière, s’en est sorti de justesse (3-2), sauvant deux balles de match dans le tie-break sur deux grosses défenses, après avoir été mené 4-10 dans la manche décisive, pour finalement l’emporter 16-14 ! Poitiers, remarquable au filet (18 contres) et toujours contraint de faire sans ou presque son attaquant vedette Nimir Abdel Aziz (1 point hier), devra être fort désormais pour se relever d’une telle défaite. Chaumont, lui, a eu très chaud, mais un succès construit dans le dur, sur un fil, terminé sur une énième prise de risque et un 9e ace au service de Patak, entretient la dynamique, même s’il puise forcément dans les réserves. Mais Chaumont sait qu’il a de grandes heures à vivre devant lui. Et plus aucun calcul à faire désormais…