Billetterie

Tourcoing au bout des choses

le 23/03/2017
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Le TLM avait clairement dévoilé ses ambitions en début de saison. L’objectif fixé était simple : la remontée en LAM. Celui-ci a été tenu, au bout d’une saison quasiment idéale.

 

 

Le dernier acte joué vendredi par Tourcoing, face à son plus bel ennemi de l’année, Rennes, condense et résume finalement toute la beauté et la force de la saison tourquennoise. En dominant 3-0 les Bretons au terme sans doute du match le plus abouti, le plus réussi de son championnat, le TLM a validé son accession sur une dernière note pure, qui symbolise une montée en puissance constante et régulière tout au long de la saison. Les dirigeants, le président Vincent Royer et le nouveau coach Igor Juricic en tête, parfaitement raccords et en phase tout au long de l’exercice, avaient échafaudé ce plan à l’aube de l’été dernier. L’ambition avait été dessinée au crayon gras, affichée, revendiquée. A l’arrivée, la montée en Ligue AM, au terme de deux saisons à l’étage inférieur, est tout à la fois une immense joie et la fierté d’avoir tenu le cap sans accroc. «C’est le scénario idéal. En fait, comme ce n’est pas une surprise, le premier sentiment, c’est une forme de satisfaction de réaliser ce que l’on avait envisagé, une forme de reconnaissance du travail accompli. Avec le budget, le recrutement effectué, le résultat est logique. Face à Rennes, l’équipe fait un match exceptionnel, elle n’avait encore jamais joué comme ça. Mais avant cela, on avait rempli toutes les cases les unes après les autres », résume ainsi Vincent Royer, le président du club nordiste.

 

Même si Tourcoing est donc logiquement allé au bout des choses, le club a tout de même fêté la grande nouvelle et le titre de champion de France LBM vendredi soir ! «On s’est couché très tôt le lendemain», avoue, dans un sourire, le président. Mais son équipe ne galvaudera pas non plus le dernier match de la saison, à Cambrai après-demain. «Les joueurs sont champions de France mais ils s’entraînent. Le déplacement à Cambrai, c’est un vrai match !», rappelle Vincent Royer. Au-delà de la performance sportive, Tourcoing a posé des jalons, des bases solides pour devenir grand aussi à l’étage supérieur. «Le club s’est professionnalisé, la présence de Yann (Lavallez, ancien passeur du club, vainqueur de la Ligue des champions avec Tours), la collaboration avec Igor sur la construction de l’équipe, le fait qu’il n’y ait eu à aucun moment avec les joueurs des discussions sur la saison d’après comme c’est le cas tous les ans à partir de décembre, tout cela dénote une forme de sérénité, de cohérence et montre que ce n’est pas un projet de mercenaires.» 

 

Igor Juricic a donc réussi son pari dès sa première année en LBM, lui qui coachait les Belges du Prefaxis Menen l’an passé. En s’appuyant sur un axe passeur-pointu fort et plein d’avenir, avec Miguel Tavares (24 ans) et Ronald Jimenez (27 ans), en mixant la jeunesse et l’expérience, le physique et l’intelligence, l’entraîneur croate a su élever son groupe, en jouant tout à la fois sur la corde technique et celle de meneur d’hommes. A l’arrivée, son groupe a gagné et il ne devrait pas se dissoudre durant l’été. L’idée maîtresse désormais, c’est évidemment de conserver un gros noyau dur, sachant déjà que Tavares, Jimenez et Zopie sont toujours sous contrat. «Igor veut progresser avec son équipe», note Vincent Royer.

 

 

L’élan ne doit pas non plus être coupé sous prétexte d’un retour en Ligue AM. L’ambition demeure, en lisière. Le budget devrait grimper aux alentours de 1,6 million d’euros. «Ça permet de figurer en Ligue AM, mais il faut des tripes», prévient tout de même le président, qui apprécie cependant tout le temps que le club des Hauts-de-France a désormais devant lui pour envisager la saison prochaine. «On démarre avec de l’avance sur les autres, on a du temps pour préparer la suite», convient-il. Et tenter de réinstaller Tourcoing sur le devant de la scène. «On va aborder la saison avec ambition, maintenant qu’on a goûté à ce titre. On aimerait que Tourcoing redevienne européen. L’ambition est clairement de recoller à l‘élite du volley français dans les trois, quatre ans qui viennent», résume le président, en regardant droit devant…