Billetterie

Jambon, retour aux sources

le 18/11/2016
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

De retour à l’ASUL après une saison à Alès en Elite, Martin Jambon a vite retrouvé ses repères dans le Rhône et occupe après quatre journées la place de meilleur marqueur de Ligue BM.

 

Ce n’est sans doute pas l’histoire telle qu’il aurait aimé l’écrire. Mais elle est belle quand même. A 27 ans, Martin Jambon retrouve une place, un rang, plus conforme à ce que cet attaquant mérite vraiment. De retour à Lyon, le club qui le façonna cinq ans durant entre 2010 et 2015, sur la terre de ses racines, à une vingtaine de minutes de Villefranche où ses parents demeurent toujours, Martin Jambon n’a pas mis longtemps à s’exprimer pleinement. Après quatre journées, ce réceptionneur-attaquant de formation, utilisé cette saison à la pointe, pour cause de recrutement limité, fait le plus grand bien à l’ASUL. Comme si ce retour dans le Rhône était source de belles fortunes.

 

Parti de l’ASUL en 2015 parce qu’il se morfondait un peu, sans grand temps de jeu derrière l’attaquant iconique, Vladimir Nikolov, Martin Jambon y est revenu sans presque le désirer totalement dans un premier temps ! Arrivé à Alès à l’été 2015, Martin avait dans l’idée de retrouver du temps de jeu en Ligue BM, se régénérer et repartir ensuite en Ligue AM où il avait déjà fait des apparitions très intéressantes avec Lyon. «Sur la dernière année à l’ASUL, derrière Nikolov à la pointe, il ne jouait pas beaucoup, mais il avait été très performant avant, et aux entraînements on voyait qu’il avait un très bon niveau», se souvient l’entraîneur, Fabrice Chalendar, qui accompagna le garçon sur ses années lyonnaises.

 

Hélas, avant la reprise 2015-2016, Alès fut rétrogradé en Elite. Le plan de Martin tombait un peu à l’eau. Mais il décida de rester tout de même en Occitanie. «J’étais un peu déçu, mais tous les joueurs sont restés et il y avait vraiment un gros collectif, pareil à la Ligue BM. Les entraînements étaient costauds et les Play-Offs intenses. Je n’ai vraiment pas perdu un an et j’ai repris confiance en jouant», assure-t-il. Alors quand Alès obtint sur le terrain sa remontée en Ligue BM, Martin, naturellement, voulut rester. «Ça me disait de faire cette saison avec Alès en Ligue BM, alors j’ai refusé des propositions de clubs de Ligue BM», se souvient-il. Mais, faute de finances suffisantes, Alès fut privé de Ligue BM. Nouveau coup dur pour Martin… qui prit alors son téléphone pour rappeler Lyon et l’ASUL accepta de le ramener au bercail.

 

Et Fabrice Chalendar s’en félicite grandement aujourd’hui. Meilleur marqueur de Ligue BM (87 pts), Martin est sa plus sûre option offensive aujourd’hui en bout de filet et de très loin. «Je savais qu’en le reprenant sur le poste de pointu, je ne peux pas dire que je ne prenais pas de risque, mais je connaissais son niveau. Il a repris ses repères très vite à ce poste en préparation et il confirme depuis le début de la saison. Il prend de la maturité, de l’expérience. Moi je l’aime bien à la pointe», avoue le coach. Le joueur aussi, tonique et explosif, capable d’aller très haut et de faire des break au service smashé, s’y plaît aussi, même s’il s’accommode aisément des deux postes. «En 4, c’est un peu plus vite, on touche plus de balles, il y a la défense, la réception qui est un peu mon point faible. Là, je suis plus porté vers l’offensive et j’aime bien. Pointu en Ligue BM, ça va peut-être un peu moins haut qu’en Ligue AM, mais il faut être combatif, constant toute l’année», estime Martin, qui a vite retrouvé la connivence avec le passeur Raphaël Corre, avec qui il partagea les mêmes aventures en équipe de France jeunes.

 

Au point aujourd’hui de devancer le pointu de Tourcoing, Ronald Jimenez, qui avait fait quelques ravages en Ligue AM il y a deux ans avec Saint-Nazaire… et que Martin va retrouver ce soir de l’autre côté du filet, pour un match dans le match savoureux ! «Le titre de meilleur marqueur, c’est sûr, c’est dans un coin de ma tête. Mais pendant le match, je n’y pense pas», avoue Martin, dans un sourire. Mais s’il peut ce soir claquer un point de plus que le Colombien et donner la victoire à l’ASUL, il ne s’en privera pas…