> LNV
 > Un œil sur Hélène Schleck
Un œil sur Hélène Schleck
Un œil sur Hélène Schleck
le 01/03/2016

Troisième marqueuse de LAF et capitaine de Béziers, leader du championnat, Hélène Schleck assume encore pleinement ses responsabilités et vit cette saison avec beaucoup de plaisir.

 

 

- N’est-ce pas une petite surprise de retrouver Béziers en tête du championnat LAF à cinq journées de la fin de la saison régulière ?

- C’est une petite surprise quand même, oui. L’équipe a été renouvelée à 80% en début de saison et on ne sait jamais si la mayonnaise va prendre vite. Mais ce groupe est vraiment composé de filles sympas, avec des jeunes joueuses qui ont toujours envie de progresser. Et puis, toutes les équipes du championnat ont beaucoup changé l’effectif et on a sans doute pu profiter un peu du fait que certains clubs ont été en rodage en début de saison. Mais ce qui est bien, c’est que même quand on est un peu dans le dur comme en ce moment, on arrive toujours à s’en sortir.

 

- Quelles sont les forces de cette équipe de Béziers ?

- C’est vraiment un bon groupe, qui travaille beaucoup sur le collectif. Après, je vous avouerais que sur certains matchs, on ne sait pas vraiment comment on s’en sort, je ne vais pas vous faire de belles phrases (sourire) ! On est une équipe qui ne lâche rien et on a réussi à gratter quatre tie-break qu’on a perdus, mais où on a pris un point et à l’arrivée, on est toujours devant Mulhouse. Mais la saison est encore longue.

 

- Béziers aujourd’hui pense au titre ou seulement à se placer au mieux en vue des Play-Offs ?

- Rester le plus haut possible, c’est l’objectif bien sûr. Après, viser le titre, on n’en est pas là, loin de là ! Ce n’est pas la priorité aujourd’hui. L’objectif du club, c’est d’être dans les quatre premiers à la fin de la saison et se qualifier pour une Coupe d’Europe. Mais on ne fait pas de calcul, on ne réfléchit pas trop à ça. On essaie de gagner les matchs et après on verra. De toute façon, finir premier, deuxième ou troisième, dans un championnat tellement serré comme celui-là, ce n’est même pas sûr que ça nous aide plus que ça en Play-Offs !

 

- C’est votre cinquième saison au club, comment jugez-vous son évolution ?

- Il y a eu beaucoup de travail de fait dans le club et notamment un soutien des supporters assez incroyable. Ils font beaucoup et sans eux, ce n’est pas sûr que le club en serait là aujourd’hui. Après, c’est un club qui a su s’adapter tous les ans, avec chaque saison, pas mal de nouvelles joueuses, un budget compliqué à maintenir. A l’arrivée, on ne peut qu’être satisfait de l’évolution de ce club, en espérant qu’il puisse maintenant tenir ce niveau.

 

- Et sur le plan du jeu, quelles sont les caractéristiques de Béziers ?

- On a aujourd’hui un bloc défense assez stable, mais l’équipe reste une équipe offensive. Le fond de jeu est pas mal, mais il y a des équipes meilleures que nous dans ce domaine. Offensivement, je ne dirais pas qu’on est les meilleures, mais on a des armes qui nous permettent de gagner des points importants. L’attaque, c’est vraiment ce qui nous caractérise le plus.

 

- Dans ce domaine, en tant qu’attaquante de pointe et 3e marqueuse de LAF (279 pts), vous tenez évidemment un rôle majeur et portez de grosses responsabilités !

- J’ai toujours eu un peu ce rôle là dans ma carrière. J’ai toujours été un peu celle qui a les ballons catastrophes et qui doit les mettre par terre (sourire) ! J’ai toujours eu ce rôle d’essayer d’emmener l’équipe, même avant d’être capitaine. Parfois, ce n’est pas facile. Cette saison, il y a pas mal de jeunes joueuses et tu dois les aider un peu, leur donner un petit coup de pouce en plus d’assumer ton travail. Ça fait pas mal de boulot en plus mais je prends toujours autant de plaisir sur un terrain.

 

- Parmi les jeunes joueuses, il y a évidemment la révélation française de la saison, Héléna Cazaute. Comment fonctionne votre binôme ?

- Héléna, c’est une perle. C’est le grand espoir du volley français. Mais ce qui est important, c’est qu’elle s’est faite toute seule. Nous, on est juste là pour donner deux, trois petits conseils et elle est à l’écoute de ce qu’on lui dit. Elle a déjà un certain bagage qui lui permet d’avoir ce niveau là à 18 ans ! Mon travail sur le terrain, c’est de la soutenir au maximum, car ce n’est pas facile d’être balancée sur le terrain, titulaire, à 18 ans. Mais pour moi, elle n’a besoin de personne. Au contraire, il faut la laisser se faire toute seule. Elle sait qu’on est là si elle n’est pas très bien, mais pour l’instant, elle a très rarement été pas bien !

 

- Son absence depuis un mois est préjudiciable à l’équipe et vous oblige à en faire encore un peu plus en attaque, non ?

- J’ai encore un peu plus de responsabilités offensives oui. La perdre pendant un mois et demi, c’est compliqué. J’ai plus de ballons à jouer et à mon âge, le corps commence un peu à tirer, c’est normal. Mais il faut faire avec. On perd notre meilleure attaquante, mais on a montré aussi qu’on pouvait gagner des matchs sans Héléna.

 

- Vous aurez 30 ans cette année. Pensez-vous déjà à l’après volley ?

- Pour l’instant non. La saison n’est pas finie et je ne pense qu’au championnat. J’ai décidé d’arrêter à la fin de cette saison. Mon corps me dit stop et je préfère arrêter en bonne santé plutôt que de finir en ne pouvant plus sauter ni attaquer ! Il y a une vie après le volley.

 

- Vous savez déjà de quoi sera faite votre vie d’après ?

- Pas du tout. Mais dans le volley, c’est sûr que non ! J’ai envie de faire autre chose, découvrir autre chose. J’y reviendrai peut-être plus tard, mais je pense qu’il faut faire au moins un break. Mais en attendant, je suis à fond dans cette fin de saison. Le plaisir est toujours là. S’il n’y avait plus de plaisir, j’aurais arrêté depuis bien longtemps. 

actualités

  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

résultats

Sète Sète 0 - 3
Télécharger le rapport de match (P-2)Voir les stats du match
Paris Paris
  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

Classement

Pts MJ G P
1.  Sète 57 26 20 6
2.  Tours 55 26 17 9
3.  Chaumont 54 26 19 7
4.  Toulouse 49 26 15 11
5.  Ajaccio 46 26 16 10
6.  Paris 44 26 15 11
7.  Nantes Rezé 42 26 14 12
8.  Poitiers 41 26 15 11

9.  Beauvais 37 26 12 14
10.  AS Cannes * 34 26 15 11
11.  Montpellier 33 26 11 15

12.  Lyon 29 26 8 18
13.  Narbonne 13 26 2 24
14.  Nancy 9 26 3 23
* décisions CACCP