> LNV
 > Un œil sur Patrick Duflos
Un œil sur Patrick Duflos
Un œil sur Patrick Duflos
le 26/02/2016

Patrick Duflos, l’entraîneur de Sète, leader de LAM, se félicite de la saison actuelle et de l’état d’esprit de son équipe. Mais, avant de recevoir Chaumont ce samedi, il reste prudent.

 

- Comment vivez-vous cette saison depuis ce fauteuil de leader ? Cela vous surprend-il de vous retrouver là à sept journées de la fin de la saison régulière ?

- On vit cela avec beaucoup de bonheur déjà. C’est un plaisir d’être premier à ce moment de la saison surtout avec dix victoires d’affilée et un bilan de 16 victoires pour seulement 3 défaites. Ce sont des chiffres fabuleux pour nous. Même Tours n’a pas dû le faire très souvent ! On ne s’attendait pas à ça. C’est largement au-dessus de nos espérances. Ce que je trouve le plus exceptionnel, c’est vraiment nos 16 victoires pour 3 défaites. C’est ça qui m’épate le plus. Avec l’enchaînement des matchs, le fait qu’on soit toujours qualifié en Coupe d’Europe, on aurait pu se faire piéger depuis longtemps et l’équipe a toujours su s’en sortir.

 

- Qu’est-ce qui fait la force de Sète cette saison, quels sont les ressorts qui font que cela fonctionne ?

- Il y a eu des victoires importantes, acquises dans le dur en début de saison. Elles ont été salutaires et fondatrices. Ça nous a soudés, rapprochés. Mais il y a eu aussi quelques petits couacs, comme le premier match à Lyon (défaite 3-0), où on n’a pas compris ce qui nous arrivait. Après, la défaite à Ajaccio (3-1, 6e journée) a été finalement bénéfique. On est tombé dans des travers et on a mis le doigt dessus très vite. Bizarrement, les défaites nous ont plus servis qu’autre chose. Après, je crois que cette équipe est bien équilibrée, avec un bon mélange de jeunes joueurs un peu «fou fou» et d’autres plus expérimentés, plus stables. Et puis, il y a des saisons comme ça, où il y a pas mal de réussite. Je crois que c’est un mélange de tout ça.

 

- Ce n’était pas gagné au départ avec quatre titulaires changés à l’intersaison et l’arrivée dans l’urgence du pointu, Marien Moreau, juste avant la reprise !

- On a changé à des postes clés, le pointu, le passeur, un des réceptionneurs-attaquants ! En fait, la seule certitude qu’on avait c’était le passeur (Guillermo Hernan). On savait que c’était un bon passeur. Après, on avait deux incertitudes : Marien (Moreau), dont on ne savait pas où il en serait. Il est arrivé en cours de préparation, hors de forme et cela faisait un moment qu’on ne l’avait plus vu dans le championnat de France. À l’arrivée, il s’est complètement relancé ! L’autre incertitude, c’était Thibault Rossard, joueur à très fort potentiel, qui devait confirmer, prouver. Et pour l’instant, il le fait plutôt bien. Des paris ont été faits et pour l’instant ça fonctionne. Mais je reste très prudent car chaque victoire se joue à pas grand chose.

 

- Mais tout de même, vous escomptiez que T. Rossard et Moreau soient aussi constants à ce haut niveau ?

- C’est vrai qu’ils sont présents, qu’ils sont là sur la finition. Mais ce qui est notre caractéristique, c’est qu’on a une vraie équipe complémentaire et stable. Mendez fait son job, nos centraux ne sont pas les meilleurs du championnat, mais ils font leur job à leur façon. Le passeur, qui est d’une grande stabilité, rassure les          attaquants. Je n’ai pas trop envie de ressortir Marien et Thibault, c’est vraiment le collectif qui fonctionne bien, qui est ambitieux et qui ne veut rien lâcher. Même quand elle est vraiment fatiguée, l’équipe va chercher la gagne au fond d’elle. C’est ça qui est épatant. On va chercher des matchs autrement que par le volley, par l’envie de ne pas lâcher. Pour moi, c’est la grosse et belle révélation de notre saison.

 

- Le fait d’avoir un effectif à 80% français aide-t-il à forger cet état d’esprit de la gagne ?

- Ils sont bien potes, ça doit aider dans les moments difficiles. On joue vraiment beaucoup cette année, on a été énormément en déplacement et c’est très important que le groupe se sente bien ensemble. On n’a que deux étrangers (Mendez et Hernan) qui parlent français couramment. On ne se parle qu’en français et dans la vie de groupe, il n’y a pas de clan. A table, ce n’est jamais les mêmes les uns à côté des autres.

 

- Sète, leader avec dix victoires de suite : vous ne pouvez plus cacher votre ambition désormais ?

- Ambitieux, oui on l’est. On voulait être en Play-Offs et on sait que là, tout sera remis en cause et possible pour tout le monde. Etre premier maintenant, c’est bien, mais je n’y prête pas forcément attention. Les Play-Offs, c’est vraiment une autre histoire, surtout dans ce championnat où ça se joue à rien entre les dix premiers. Il suffit d’une petite méforme, d’un petit bobo et ça fout tout en l’air. Je reste très prudent. Premier aujourd’hui ne donne aucune garantie.

 

- En Play-Offs, Tours et Paris, qui ont un tel vécu de ces matchs-là, demeurent favoris selon vous ?

- C’est indéniable que Tours et Paris ont l’habitude d’aller au bout régulièrement. Pour eux, la saison régulière c’est le pain quotidien : on fait le job et en Play-Offs on s’y met ! Pour moi, ils seront là, ils seront très forts. Mais Chaumont est là aussi, avec peut-être le plus beau collectif du championnat, pas de Coupe d’Europe à jouer et une élimination très tôt en Coupe de France. Donc vraiment du temps pour gérer comme il faut le championnat.

 

- Justement, Chaumont est chez vous ce dimanche. Comment voyez-vous ce gros choc de LAM ?

- Déjà ce qui est sympa, c’est que ça change un peu des duels Tours – Paris, voire Cannes parfois. C’est rafraîchissant de voir Chaumont avec ce jeune Boyer qui explose tout, une salle compliquée là-bas, avec un super public. Nous, on a un jeu agréable aussi, une salle sympa, un bon petit public. Ça fait du bien de voir d’autres équipes émerger. Moi ça me plaît bien. Ça fait bouger les choses.

actualités

  • Nice, attention à la...

    Le promu niçois a largement remanié son équipe pour tenter ...

    >> LIRE LA SUITE
  • Nouvelles balles de Sète

    Finaliste malheureux, l’Arago revient, plein de belles et nouvelles intent...

    >> LIRE LA SUITE
  • Nantes, laver la...

    Finaliste malheureux de la Coupe de France, huitième de la saison r&eacut...

    >> LIRE LA SUITE
  • Strasbourg, nouvel...

    Promu en LBM, le Strasbourg Volley-Ball se lance un peu dans l’inconnu ave...

    >> LIRE LA SUITE
  • Chaumont, monter encore...

    Troisième de la saison régulière 2015-2016, Chaumont ne veu...

    >> LIRE LA SUITE
  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

résultats

  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

Classement

Pts MJ G P
1.  Ajaccio 0 0 0 0
2.  AS Cannes 0 0 0 0
3.  Chaumont 0 0 0 0
4.  Montpellier 0 0 0 0
5.  Nantes Rezé 0 0 0 0
6.  Narbonne 0 0 0 0
7.  Nice 0 0 0 0
8.  Paris 0 0 0 0

9.  Poitiers 0 0 0 0
10.  Sète 0 0 0 0

11.  Toulouse 0 0 0 0
12.  Tours 0 0 0 0