> LNV
 > Un œil sur Marien Moreau
Un œil sur Marien Moreau
Un œil sur Marien Moreau
le 29/01/2016

Meilleur marqueur du championnat, Marien Moreau réussit un retour tonitruant en LAM avec Sète, le leader, qui se rend à Tours demain pour le choc de la journée.

 

 

- Vous aviez signé à Fréjus en Elite en début de saison et vous voilà meilleur marqueur de LAM avec Sète, où vous avez joué en 2011-2012 ! L’histoire est belle non ?

- Tout d’abord, je ne m’étais pas engagé avec Fréjus pour rester à Fréjus toute la saison, ce n’était pas l’objectif. Cet été, j’ai eu quelques soucis personnels qui ont fait que j’ai voulu arrêter à un moment donné et quand j’ai changé d’avis, c’était un peu trop tard pour retrouver un club de LAM. Je ne remercierai jamais assez le club de Fréjus qui m’a permis de bien commencer la préparation physique. Ensuite, le joker est arrivé plus vite que prévu. En plus c’est à Sète, un club que je porte très haut dans mon cœur, c’est sûr que ça aide à aller bosser le matin ! Il m’a fallu quinze jours, trois semaines, au niveau du volley, pour me mettre dans le collectif, mais on a bien travaillé avec les gars et j’ai toujours eu confiance en moi.

 

- Qu’est-ce qui fait la réussite de Sète cette saison ?

- On a d’abord une équipe qui est très équilibrée, avec Mendez, qui fait un gros travail en réception, associé à notre libéro, Nico Rossard. Avec Thibault (Rossard), on se partage pas mal les attaques, on est en forme tous les deux, ça tourne bien. On a aussi deux centraux très propres, Tommy (Senger) et Franck (Lafitte). Tout ça, avec une bonne préparation physique, un groupe quasiment à 80% français, ça aussi c’est important. Tout le monde se comprend bien à l’entraînement et le week-end, ce qui donne envie de se bagarrer pour les copains. Mais bon, je ne veux pas me projeter plus loin, tout peut tourner très vite.

 

- Demain, vous retrouvez un autre ancien club, Tours, avec lequel vous avez gagné la Ligue des Champions en 2005 et le titre de champion de France en 2004. Ça reste un match particulier pour vous ?

- Bien sûr, c’est un match particulier. D’abord parce qu’il oppose les deux meilleures équipes du championnat en ce moment. Ensuite, pour moi, parce que c’est un club avec qui j’ai gagné la Ligue des Champions et ça, ce sont des souvenirs très forts. En plus, à Tours, la famille vient me voir car elle n’est pas très loin, la salle est magnifique, avec un super public. C’est un moment de plaisir.

 

- Ce duel est aussi un très bon révélateur pour vous ?

- Oui. Mais bon, l’équipe ne m’impressionne pas plus que ça. Nous aussi, on produit un bon volley. On ne se met pas la pression plus que ça sur ce match. On sort d’un déplacement en Serbie (à Belgrade en Challenge Cup), on est tous un peu sur les rotules. Et puis, nous avons, comme Tours, un gros coup à jouer pour atteindre la finale de la Coupe de France la semaine prochaine. L’objectif n°1, ce n’est pas le match de ce week-end. Nous n’avons aucune pression, on va y aller pour essayer de produire un bon volley et en général, c’est dans cet état d’esprit là qu’on fait du bon volley.

 

- Vous retrouvez la LAM quatre ans après. Que pensez-vous de ce championnat aujourd’hui ?

- Il y a quatre ans, on sentait déjà que le niveau s’homogénéisait, mais Tours dominait quand même, avec Cannes et Paris. Aujourd’hui, on regarde les résultats tous les week-ends et on est toujours surpris par un ou deux matchs ! C’est ça qui fait le charme de la Ligue, qui plaît aux joueurs étrangers et ce championnat commence à être suivi à l’étranger. C’est la bagarre tous les week-ends et c’est vachement intéressant. On se régale et on ne voit pas le temps passer !

 

- En tant qu’international, comment avez-vous vécu la belle année 2015 des Bleus ?

- Je me suis régalé à les voir évoluer comme tout le monde, peut-être un peu plus car ce sont mes copains. C’est fantastique ! Ils on joué un volley de grande qualité, ils ont fait rêver tout le monde. Après, la non qualif’ aux JO, au TQO de Berlin, ce n’est pas dramatique. Le tournoi au Japon sera plus abordable et aujourd’hui ils sont assez professionnels pour ne pas passer à côté de cette occase. Je suis très confiant pour la qualif et pourquoi pas aller chercher plus loin ! Tout est possible. Ils peuvent rêver à tout.

 

- A titre personnel, avec la saison que vous effectuez, pensez-vous à un retour en équipe de France ?

- Je suis évidemment disponible, ça c’est sûr ! Si Laurent (Tillie) me passe un coup de fil, c’est évident que je serai à 100% avec eux ! Ensuite, avec les résultats qu’ils ont faits, le fait qu’il se soit passé quelque chose de très fort entre eux, qu’un groupe s’est formé, je comprendrais qu’il soit compliqué de changer des éléments du groupe, même s’il y a une meilleure saison pour l’un ou l'autre. Ce serait compréhensible de garder le même groupe. Après, il n’y a pas deux, trois jours sans que j'y pense ! L'année olympique ce n’est pas une année comme les autres. 

actualités

  • Les Mariannes à...

    Demi-finaliste en championnat et en Coupe de France la saison passée, le ...

    >> LIRE LA SUITE
  • Montpellier : Tournoi...

    Montpellier Volley UC organise la première édition du Tournoi R&ea...

    >> LIRE LA SUITE
  • Nice, attention à la...

    Le promu niçois a largement remanié son équipe pour tenter ...

    >> LIRE LA SUITE
  • Nouvelles balles de Sète

    Finaliste malheureux, l’Arago revient, plein de belles et nouvelles intent...

    >> LIRE LA SUITE
  • Nantes, laver la...

    Finaliste malheureux de la Coupe de France, huitième de la saison r&eacut...

    >> LIRE LA SUITE
  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

résultats

  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

Classement

Pts MJ G P
1.  Ajaccio 0 0 0 0
2.  AS Cannes 0 0 0 0
3.  Chaumont 0 0 0 0
4.  Montpellier 0 0 0 0
5.  Nantes Rezé 0 0 0 0
6.  Narbonne 0 0 0 0
7.  Nice 0 0 0 0
8.  Paris 0 0 0 0

9.  Poitiers 0 0 0 0
10.  Sète 0 0 0 0

11.  Toulouse 0 0 0 0
12.  Tours 0 0 0 0