> LNV
 > Un œil sur Thibault Rossard
Un œil sur Thibault Rossard
Un œil sur Thibault Rossard
le 15/01/2016

De retour du TQO avec l’équipe de France, le réceptionneur-attaquant Thibault Rossard a retrouvé Sète, son club, actuel leader du championnat, en déplacement à Chaumont demain.

 

- Thibault, ce ne doit pas être simple de replonger dans le quotidien du championnat après les émotions de Berlin et du TQO avec l’équipe de France ?

- C’est sûr que ce n’est pas facile car on a vécu des choses super là-bas. Ça fait un gros changement d’un coup. Mais on s’est remis vite dedans. On n’a pas eu trop le temps de réfléchir à ça, de cogiter. On est rentré et deux jours après, on jouait contre Nantes Rezé ! Et moi j’étais content finalement de pouvoir rejouer, de retrouver du temps de jeu.

 

- C’était votre première compétition internationale. Vous avez forcément très peu joué. Comment avez-vous vécu cela ?

- Je l’ai vraiment très bien vécu, ça m’a permis de m’intégrer un peu au groupe. Même si j’avais fait des stages avant, une compet, c’est différent, ça resserre les liens. Beaucoup de joueurs n’ont pas eu trop de temps de jeu car tous les matchs étaient importants et décisifs. Pour ma part, je ne regrette pas de ne pas avoir joué. C’était vraiment une belle expérience à vivre. Voir le haut niveau de près, s’entraîner avec des mecs comme ça, c’est intéressant, ça montre ce qu’il faut faire pour y arriver. On voit l’écart entre la LAM et le haut niveau international.

 

- Quels souvenirs gardez-vous des quelques minutes passées sur le terrain ?

- En fait, je suis rentré vite fait en jeu contre les Bulgares, sur le poste de libéro, dans le dernier set ! J’ai juste touché trois, quatre ballons. Je n’avais jamais joué à ce poste et je ne m’attendais vraiment pas à jouer mon premier match international officiel au poste de libéro ! C’était sympa, mais ce n’est pas une reconversion (sourire).

 

- Qu’est-ce qui fait la force de ce groupe France ?

- En dehors des gros talents et du jeu, c’est vraiment un bon groupe, une bande de potes qui s’éclatent. Il y a beaucoup de personnalités atypiques et ça plait vachement. Que des mecs, un peu fous, sortent des rangs, ça rajoute une plus-value à cette équipe.

 

- On a le sentiment que la déception de ne pas avoir accroché directement la qualification pour les J.O. est moindre finalement ?

- Il y a de la déception, c’est sûr. On y croyait tous à la qualification. On joue quatre matches, on laisse juste un set, on a l’impression que rien ne peut nous arriver. Et puis, en finale, après un super premier set, les Russes sont plus là que nous physiquement. C’est une vraie déception, certains avaient les larmes aux yeux. Mais après coup, les Russes étaient au-dessus sur ce match, donc il n’y a pas énormément de regrets.

 

- Il y a surtout beaucoup de confiance dans cette équipe, persuadée d’aller aux J.O. lors du prochain TQO au Japon !

- C’est sûr que les mecs sont en grosse confiance. Tout le monde joue bien, les résultats sont là. Les mecs partent hyper confiants mais ce n’est pas pour autant qu’ils vont la jouer facile.

 

- En tout cas, cela a enclenché une bonne dynamique puisque vous avez réussi un gros match de reprise avec Sète face à Nantes Rezé mercredi dernier (19 pts dont 6 aces) !

- C’est sûr que c’est intéressant. Si j’avais fait un mauvais match, j’aurais peut-être un peu plus douté. Comme je ne jouais pas, que les  entraînements étaient limités, je ne savais pas trop où me situer. En rentrant, je me suis entraîné une fois avec Sète et ça fait du bien de faire tout de suite un bon match et de gagner. Ça s’enchaîne bien.

 

- Sète est leader d’un championnat incroyablement dense et homogène. Est-ce une surprise pour vous ?

- Non, je ne suis pas surpris parce qu’on a une équipe pour rivaliser avec n’importe quelle équipe du championnat. On a une équipe pour battre tout le monde et pour l’instant on joue bien. Après, on n’a pas de marge. De manière générale, le championnat est comme ça depuis plusieurs années déjà, même si l’an passé, Cannes avait dominé un peu plus la saison et qu’avant c’était Tours. Cette année, c’est un peu plus ouvert. Mais on sait que Tours et Paris ont l’habitude de jouer des gros matchs et qu’ils auront un peu plus l’avantage en Play-Offs. Même si tu finis premier ou deuxième de la saison, ce sera de toute façon compliqué en quarts de finale des Play-Offs.

 

- Fort de votre expérience internationale, tenez-vous un rôle de leader à Sète ?

- Non pas du tout. Je ne pense pas vraiment être dans ce rôle et ce n’est pas spécialement ma personnalité non plus. J’ai juste fait une compet, mais avant je n’avais pas fait grand-chose en équipe de France ! Sur le terrain, j’essaie juste d’apporter le maximum et dans cette équipe, on a des joueurs d'expérience, comme Marien Moreau, Guillermo Hernan. Moi, à 22 ans, je fais mon truc. Je ne veux pas commencer à prendre trop de place. Je reste à ma place. Peut-être que ça viendra avec l’âge, mais là, je me concentre déjà sur moi.

actualités

  • Un œil sur le transfert...

    Angie, petit vent de folie

    >> LIRE LA SUITE
  • Agrément

    Suite au refus d'agrément du Conseil Supérieur de la DNACG pour &e...

    >> LIRE LA SUITE
  • Un oeil sur Grace Carter

    C’est désormais Grace de Bretagne !

    >> LIRE LA SUITE
  • Un œil sur le transfert...

    Poitiers, le nouveau défi de Schneider

    >> LIRE LA SUITE
  • Agrément DNACG

    Le Conseil supérieur de la DNACG, qui s’est réuni les 5 et 6...

    >> LIRE LA SUITE
  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

résultats

  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

Classement

Pts MJ G P
1.  Ajaccio 0 0 0 0
2.  AS Cannes 0 0 0 0
3.  Chaumont 0 0 0 0
4.  Montpellier 0 0 0 0
5.  Nantes Rezé 0 0 0 0
6.  Narbonne 0 0 0 0
7.  Nice 0 0 0 0
8.  Paris 0 0 0 0

9.  Poitiers 0 0 0 0
10.  Sète 0 0 0 0

11.  Toulouse 0 0 0 0
12.  Tours 0 0 0 0