> LNV
 > Les Supercoupes ... Jour J !
Les Supercoupes ... Jour J !
Les Supercoupes ... Jour J !
le 21/12/2015

Cannes, Le Cannet, Paris et Tours convoitent sur un seul match, la Supercoupe, le premier trophée de la saison. Au programme, deux belles batailles et des duels à tous les étages.

 

Certes, ce sont quelques heures sup’ avant la pause de fin d’année. Certes, le trophée ne charrie sans doute pas la même émotion qu’un titre de champion décroché au terme d’une épopée au long cours, qui vous propulse illico en Ligue des Champions. Mais, dans ces batailles de Noël pour l’honneur et le blason, il y a la fierté de décrocher le premier trophée de la saison et tout ce que cela peut ensemencer de confiance, de dynamique et d’envie pour le reste de l’année. Tous ont donc décidé de jouer le jeu et, pour des raisons diverses, liées aux formes du moment, au doute en creux chez les uns, au regain chez les autres, cette soirée de Supercoupes peut être la première ligne d’une nouvelle histoire. C’est sans doute sur ce ton-là que les filles du Cannet voient la chose, avant de défier leurs voisines de cinq kilomètres, et plus belles ennemies, du RC Cannes ce mardi à 18 h 30. Après un début de saison douloureux, entre une salle noyée par les eaux furieuses de début octobre, un effectif remanié de partout et une confiance étiolée par l’enchaînement des défaites, la bande à Riccardo Marchesi remonte doucettement en gamme depuis début décembre et sous les enluminures de Coubertin, elle nourrit un joli dessein. «Le contexte du début de saison n’a pas été facile et on avait pas de base solide pour supporter tout cela. Mais les filles sont toujours restées fortes mentalement. Aujourd’hui, on a retrouvé notre salle et à l’entraînement on travaille fort, la confiance revient. Alors oui, on ne finira pas premier de la saison régulière, mais on est toujours en course et pour nous, c’est une autre histoire qui commence», relate l’entraîneur, Riccardo Marchesi, qui a disputé quatre Supercoupes d’Italie en tant qu’entraîneur adjoint à Pesaro…et il les a toutes gagnées. «Cannes est favori mais on sait que l’on a quelque chose à dire dans ce match !», assure-t-il.

Mais pour avoir la parole, il faudra dérégler la machine cannoise, qui semble s’être réglée ces dernières semaines. Avec quatre victoires de rang (dont une, 3-1, face au Cannet), l’escouade de Yan Fang sort de l’ombre dans laquelle elle a passé son tout début de saison. Les axes forts se dévoilent : à l’attaque, avec l’Ukrainienne et deuxième meilleure marqueuse de LAF, Nadiia Kodola (146 pts) ; au contre aussi, avec la deuxième bloqueuse LAF, la Cubaine Rachel Sanchez (30 contres). «L’équipe est jeune, elle progresse, les automatismes sont meilleurs et le travail commence à payer. Et moi, je peux encore mieux faire», estime Nadiia Kodola, qui entend bien se faire respecter à Coubertin. «Toutes les compétitions sont importantes et c’est une finale à gagner. Avant Noël, ce serait bien de prendre ce trophée, ça viendrait récompenser le bon travail que l’on fait ensemble actuellement.»

De Cannes à Paris, les Supercoupes ont réuni quelques-unes des plus efficaces armes de précision de la LNV. A Paris, c’est le pointu slovène, Mitja Gasparini, premier serveur de LAM et spécialiste de l’exercice depuis sa tendre enfance qui veut faire tomber la foudre. «Depuis que je suis jeune, je frappe fort dans la balle», sourit-il. «Après, le service, c’est une question de coordination, de relaxation et essayer d’avoir toujours le même mouvement», commente l’attaquant slovène, réaliste devant les hauts et les bas de son équipe depuis le début de la saison, mais aussi conscient qu’un trophée est à portée de mains en deux heures environ face à Tours ce mardi ! «On manque de constance, il faut que l’on trouve notre niveau et que l’on soit capable de ne pas en descendre. Oui l’équipe est neuve, mais ce n’est pas une excuse. On peut être meilleur partout», estime le vice-champion d’Europe, qui n’est pas venu à Coubertin pour conter fleurette aux Tourangeaux. «Cette Supercoupe, c’est un trophée et on veut le gagner ! Si vous venez ici pour ne rien montrer, ce n’est pas la peine. Je serais mieux chez moi, avec ma famille. ça reste un gros match et on est là pour le gagner», martèle-t-il. Ça tombe bien, Tours, tenant du titre, aussi ! Le champion, de guingois en début de saison, va mieux depuis une petite quinzaine. Un nouvel entraîneur, Vital Heynen, quatre succès de rang dont un prestigieux face à Trente et une dynamique enclenchée qui forcément, gonfle l’appétit. «C’est un premier trophée à gagner et pour nous c’est important. J’attends un bon spectacle, une bonne bataille, avec une victoire», avance le capitaine du TVB, David Konecny, satisfait de la façon dont l’équipe a su gérer la période délicate et l’éviction de Mauricio Paes. «Ce n’est jamais facile. Mais je suis content que le TVB ait su relever son niveau. Sur quelques matchs, on a montré que l’on était capable de bien jouer ensemble et j’ai toujours confiance en cette équipe. On est capable de rapporter deux, voire trois trophées à Tours cette année.» Et peut-être un, déjà, dès ce soir...

actualités

  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

résultats

Sète Sète 0 - 3
Télécharger le rapport de match (P-2)Voir les stats du match
Paris Paris
  • onglet_1
  • onglet_2
  • onglet_3

Classement

Pts MJ G P
1.  Sète 57 26 20 6
2.  Tours 55 26 17 9
3.  Chaumont 54 26 19 7
4.  Toulouse 49 26 15 11
5.  Ajaccio 46 26 16 10
6.  Paris 44 26 15 11
7.  Nantes Rezé 42 26 14 12
8.  Poitiers 41 26 15 11

9.  Beauvais 37 26 12 14
10.  AS Cannes * 34 26 15 11
11.  Montpellier 33 26 11 15

12.  Lyon 29 26 8 18
13.  Narbonne 13 26 2 24
14.  Nancy 9 26 3 23
* décisions CACCP