Billetterie

Saint-Raphaël

le 09/10/2015
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Repêché en Ligue AF, Saint-Raphaël veut effacer le mauvais souvenir de la saison dernière et vise même les Play-Offs.

 

Derrière un sourire, Christine Girod reconnaît sans peine qu’elle a traversé en fin de saison dernière quelques semaines tourmentées. «Parfois, il vaudrait mieux ne pas être présidente. Ce fut une situation très compliquée à gérer», avoue la présidente du club. Il y eut évidemment l’exercice sportif, terminé dans le maussade, à la dernière place de la LAF, avec trois victoires en tout et pour tout. Une relégation pour sanction, qui venait raturer les bonnes idées, les plans de croissance. Des finances en rang très serré et des départs, comme des fuites en avant pour des joueuses désireuses de panser au plus vite les blessures d’une saison d’infortune. «L’année dernière, on a joué la carte jeune, mais ça n’a pas été très concluant. Les joueuses étaient plus du niveau inférieur. On était limité pour la ligue AF, même si les filles se sont battues jusqu’au bout», reconnaît la patronne du Saint-Raphaël Var Volley.

Mais quand, fin juin, Le Hainaut s’est vu refuser l’agrément en LAF, Saint-Raphaël, d’un coup, a relevé la tête. Le sport est ainsi et comme l’on dit, le malheur des uns… «Pour moi, il n’y a eu aucun doute. Se maintenir, c’était l’opportunité qu’il ne fallait pas laisser passer. C’est la possibilité de pérenniser le club à ce niveau», justifie Christine Girod. En sauvant sa peau en LAF, Saint-Raphaël, malgré un budget limité (620.000 euros), s’expose, se montre au travers d’un miroir autrement plus grossissant pour les partenaires, mais aussi pour consolider la politique de formation, cruciale pour ce club d’accueil, qui travaille également étroitement avec le Pôle Espoirs de Boulouris et le club du Cannet.

Saint-Raphaël, qui espère atteindre les 200.000 euros de partenariat privé cette saison, repart donc avec plein d’espoirs en tête et une équipe quasiment neuve puisque huit nouvelles joueuses sont arrivées, d’Italie et de la Côte d’Azur. Si l’effectif reste très jeune (24 ans de moyenne d’âge), «Saint-Raph» a tout de même injecté un peu de roublardise et d’expérience dans son volley, avec les arrivées de la puissante pointue estonienne, Anna Kajalina (2,03 m, 29 ans) et des deux Italiennes, la centrale, Sara Menghi (1,84 m, 32 ans) et la réceptionneuse-attaquante, Veronica Angeloni (1,86 m, 29 ans). «Il nous fallait des filles de métier pour encadrer la jeunesse. Cette année, je pense vraiment que l’on est  beaucoup mieux armé, physiquement notamment, pour évoluer en Ligue AF», estime la présidente varoise, qui se verrait même rallonger la saison à venir jusqu’en Play-Offs. «Je suis toujours optimiste mais j’aimerais bien accrocher une place en Play-Offs. Il faut toujours avoir de l’ambition, sinon on reste à la maison». Le défi, à ses filles, est lancé !