Billetterie

Un tour à Chaumont

le 01/10/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'
Nouvelle ère à Chaumont après un brillant exercice 2013-2014. Malgré le départ de l'entraîneur Nikola Matijasevic, les play-offs restent l'objectif quelques mois après avoir atteint les demi-finales de Ligue AM.

La saison dernière

Chaumont a poursuivi son ascension. Pour sa deuxième saison consécutive dans l’élite, le CVB 52 a décroché de nouveau la 4e place de la saison régulière tout en atteignant les demi-finales de la Coupe de France.  « On a su confirmer la saison passée avec cette belle 4e place et la Coupe d’Europe à la clé. On a eu le bonheur de ne pas avoir de blessés et on est très satisfait d’avoir offert ce spectacle-là et de s’inscrire dans la continuité en Ligue AM. Bref, ce n’était que du bonheur », se souvient le président Bruno Soirfeck.


Les objectifs

C’est l’heure d’un nouveau cycle pour Chaumont, confronté notamment au départ de son entraîneur Nikola Matijasevic parti à Rennes. « Dans tout environnement sportif, on sait que les fins de cycles sont un vrai virage. Il y a une prise de risques assez conséquente. Ca nécessite beaucoup de vigilance. D’un premier côté, on était satisfait puisque c’est la première fois depuis longtemps que l’on conservait 60% de notre effectif mais dans un deuxième temps, il a fallu remplacer Nikola Matijasevic qui était là depuis 4, 5 saisons et le manager général arrivé après l’accession en Ligue AM. » Pas question toutefois de renoncer à toute ambition : « Je suis président, j’ai deux objectifs. Mon cerveau de président financier me dit que le principal est de se maintenir en Ligue AM, celui de sportif me dit qu’être en play-offs est le minima qu’on peut espérer maintenant avec la structure qu’on a montée. »


Le recrutement

Le premier point, d’importance, était donc de trouver le bon profil pour succéder à Nikola Matijasevic. « Ça nous a pris un peu de temps, reconnaît le président. Le critère premier selon moi était qu’il soit un patron sur le terrain mais aussi dans le vestiaire. Il nous avait été donné de le rencontrer en Coupe d’Europe. La Coupe d’Europe, ça sert aussi à ça ! Dusko Nikolic était à l’Etoile Rouge de Belgrade et ce qu’on avait vu nous plaisait bien, correspondait au choix que je voulais faire. C’est-à-dire du caractère, un côté formateur puisqu’il était habitué à prendre des jeunes et à les faire monter en puissance. » S’y ajoutent les arrivées des centraux Garcia Torres et D’Almeida ou encore des passeurs Repak, Mitic, Rossard et Cuk. Mitic a été recruté pour pallier la blessure de Repak.


Le joueur à suivre - Mihajlo Mitic

Chaumont a dû s’activer ces derniers jours après avoir subi un terrible coup dur durant sa préparation. Victime d’une rupture du tendon d’Achille, Martin Repak est forfait pour l’ensemble de la saison. « C’était un stratège, qui avait de la pédagogie. Sa blessure prématurée nous a obligés à nous retourner vers un nouveau passeur, note le président qui a dû réactiver des réseaux pour trouver un remplaçant. Les Français, c’était mort, il a fallu trouver un étranger en retirant une option prise sur un autre joueur. Mitic est arrivé depuis trois semaines, il faut un temps de préparation mais je suis convaincu de la qualité du recrutement. » A 24 ans, Mitic compte déjà 61 sélections avec la Serbie et évoluait l’an passé en Italie à Pérouse.