Billetterie

Un tour à Toulouse

le 10/09/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Notre Tour de France des clubs de Ligue AM se poursuit à Toulouse. Quarts de finaliste la saison passée après avoir pris la 4e place de la saison régulière, les Spacer's entendent garder les pieds sur terre mais faire honneur au volley français sur la scène continentale pour leur retour en Coupe d’Europe.

 

La saison passée

Les Spacers seront passés par tous les états, d’un début de saison raté à leur élimination en quart de finale des playoffs par Chaumont. Cédric Enard garde d’ailleurs de cet exercice de nombreux sentiments. « Ça a été riche en émotions après un début de saison poussif voire catastrophique puisqu’on était même lanterne rouge en novembre, rappelle l'entraîneur. La deuxième partie a été excellente avec une 4e place arrachée à la dernière journée grâce à une dynamique hyper positive. » Il faut dire que le come-back est saisissant puisque Toulouse n’était encore que 12e au soir de la 16e journée… avant d’enchaîner huit succès en dix rencontres !


Les objectifs

Toulouse ne veut pas se brûler les ailes. « Depuis la saison dernière, je me dis qu’il faut rester lucide, prévient Cédric Enard. On a bataillé jusqu’à la fin de saison pour cette 4e place mais on aurait aussi pu se retrouver à la 9e place à la dernière journée tellement le championnat était dense et difficile. Il faut garder ça dans un coin de la tête. » La Coupe d’Europe sera plus qu’un bonus même si elle oblige les Spacers à s’habituer à de nouvelles contraintes. « Il va falloir gérer, notamment les notions de récupération. On a au moins deux tours à jouer, donc quatre dates en plus à prévoir dans un calendrier déjà serré jusqu’à mi-décembre, calcule-t-il. On a envie de bien figurer même si on n’a pas encore parlé d’objectif avec les joueurs. On sait qu’on affrontera Liberec au premier tour pour des retrouvailles sympas avec Lubomir Stanek qui a fait les beaux jours du club. » Pas question donc de changer de philosophie, les jeunes Hauts-Garonnais auront encore leur mot à dire. « On a réussi à conserver les jeunes, c’est bien aussi de leur donner de l’expérience par ce biais. On espère qu’ils sauront prendre leurs responsabilités pour croquer à pleines dents dans cette saison, glisse l'ancien central.


Le recrutement

Trois joueurs ont rejoint la Ville Rose cet été mais seuls deux ont pu rejoindre le groupe pour la préparation. Miroslav Gradinarov, réceptionneur-attaquant, est en effet encore en Pologne pour y disputer le Mondial avec la Bulgarie. Philippe Tuitoga arrive de Paris pour gagner en temps de jeu, lui qui frappe à la porte des Bleus. « Il devrait nous apporter de la vitesse offensivement, ça change des profils qu’on avait l’an dernier avec Futi Tavana, confie Cédric Enard. On doit aussi pouvoir utiliser son très bon service flottant smashé. » Toulouse a aussi su attirer dans ses filets l’Italien Davide Saitta à la passe pour remplacer le Brésilien André Eloi. « Je l’avais rencontré lors des Jeux Méditerranéens de Pescara il y a cinq ans, révèle Enard. Il m’avait plu là-bas et je l’ai suivi. Ce n’est pas un grand physique, il mesure 1,87m mais il est dans le registre des métronomes, c’est un bon tacticien avec une belle régularité et qualité de passe. » Enfin Gradinarov a été recruté pour pallier le changement de poste de Thibault Rossard et apporter une solution supplémentaire en attaque où il doit assumer un leadership selon son nouvel entraîneur.


Le joueur à suivre - Thibault Rossard

C’est la surprise de l’été à Toulouse. Thibault Rossard, 21 ans, grand espoir du club haut-garonnais en attaque, prend le rôle de pointu ! « Thibaut est venu en fin de saison dernière pour me dire que c’était quelque chose qui le tenterait bien, explique son entraîneur. On en a parlé en interne au club, pesé le pour et le contre et on s’est dit pourquoi pas d’autant qu’il avait déjà démontré la saison dernière quand Milushev était blessé qu’il était efficace, très efficace même. On s’est dit que ça valait le coup de tenter ce pari. Ce n’est pas un pointu physique de 2m mais il a un bras vite, lourd avec une palette d’attaquant rare. En plus, c’est un gaucher, très bon serveur. Il voulait le faire pour sa future carrière au club mais aussi en international. » Assurément à surveiller de près.