Billetterie

Les clubs français auront fort à faire

le 27/06/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Ce vendredi, à Vienne, a eu lieu le tirage au sort de la Ligue des champions féminine et masculine. Et le plateau s’annonce relevé, aussi bien chez les hommes pour le Tours VB et le Paris Volley, que chez les femmes pour le Nantes VB ou le RC Cannes.


Ils n’ont franchement pas été gâtés par le tirage au sort de la phase de poules de la Ligue des champions, ce vendredi, à Vienne en Autriche. Triple tenant du titre de la Ligue A, le Tours VB, dans le chapeau 3, devra se coltiner les Italiens de Pérouse, finalistes du championnat et de la Coupe d’Italie en 2014, dans le groupe G. Autre gros morceau au programme des Tourangeaux, les Turcs de l’Halkbank Ankara, tout frais champions de Turquie après 18 ans de disette mais, surtout, finalistes malheureux de la dernière édition de la Ligue des champions face au Belogorie Belgorod.  Enfin, les Belges du Noliko Maaseik semblent plus à la portée des protégés de Mauricio Paes et de Thomas Royer.

 

Franchement peu épargné, le Tours VB pourra se consoler en regardant le groupe E du Paris Volley qui a lui gagné le droit de défier le champion d’Europe en titre notamment. Vainqueurs de la Challenge Cup la saison passée, les Turcs du Fenerbahçe Istanbul ne s’annoncent pas plus comme une proie facile. Et pour bien finir, n’oublions pas non plus les champions d’Italie 2014 avec la présence dans cette poule du Cucine Lube Treia.

Chez les femmes, le RC Cannes a été reversée dans un groupe E qui ne sera pas de tout repos. Les championnes de France en titre devront défier le  VakifBank Istanbul, double vainqueur de la plus prestigieuse des compétitions européennes en 2011 et 2013. Les Italiennes de Piacenza, auteurs d’un doublé championnat-Coupe d’Italie en 2013 et 2014, seront aussi au programme des Cannoises.  Et comment oublier le Partizan Vizura Belgrade, lui aussi champion de Serbie et vainqueur de la Coupe 2014.

 

Du côté de Nantes, les femmes entraînées par Sylvain Quinquis auront aussi bien du mal à tenir la comparaison. Victorieux de la Coupe de la CEV en 2014, le Fenerbahçe Istanbul sera l’épouvantail de la poule devant l’Azeryol Baku et le Stiinta Bacau, une formation roumaine méconnue mais qui ne pourra être prise à la légère sous peine d’élimination prématurée.

 

La réaction de Sylvain Quinquis (entraîneur du Nantes VB) : "On a deux grosses écuries. C’était attendu puisqu’on était dans le troisième chapeau. L’Azeryol Baku est la 2e équipe azérie avec des joueuses internationales dans l’équipe. Le Fenerbahçe a remporté la CEV Cup cette année. Ils ont en plus recruté pour truster les titres. Ça va être intéressant de voir ces joueuses-là évoluer à Nantes. L’équipe roumaine, je la connais un peu moins mais on verra quand la compétition débutera. C’est très difficile de rivaliser mais j’aborde surtout cette compétition pour que des jeunes joueuses comme Clémentine Druenne ou Marion Gauthier-Rat emmagasinent de l’expérience face à ce qui fait de mieux au niveau international. L’objectif ? Sachant que les 3e et les meilleurs 4e sont repêchées pour le Challenge Round de la CEV Cup, ça peut-être l’objectif. Il faut être réaliste par rapport au niveau des joueuses en face et au niveau financier de ces formations.  Il faudra tirer un maximum de points des matches qu’on va jouer pour essayer d’accrocher une place en CEV Cup sur le Challenge Round."