Billetterie

Pas de cerise pour Paris

le 09/05/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Finaliste de trois compétitions cette saison, le Paris Volley a cédé le titre en Ligue AM à Tours (3-1), qui l’avait également privé de la Coupe de France il y a quelques semaines. A chaud, c’était forcément la déception qui primait pour Dorian Rougeyron et ses hommes.

 

Quatre finales en deux saisons, c’est le bilan du Paris Volley. Mais à trois reprises, en Ligue AM l’an passé, en Coupe de France et encore en Ligue AM cette saison, le club de la capitale a été privé du titre par Tours. De quoi faire du TVB la bête noire des Parisiens qui, à chaque fois, n’ont pas réussi à proposer leur meilleur volley.

 

« Le sentiment qui domine, à chaud, c’est la déception, confiait le coach, Dorian Rougeyron, jeudi soir à la Halle-Carpentier. On a l’impression de ne pas avoir joué à notre meilleur niveau. Après, il faut avouer que Tours nous a mis beaucoup de pression au service, ce que nous on n’a pas su faire. Sur le rapport de force service-réception, on a été dominé. A partir de là, ça commence à être difficile. C’est souvent la base du volley. Quand tu gagnes cette bataille là, tu as plus de chances. Parce qu’à l’arrivée, quand tu regardes les stats, on fait plus de blocks qu’eux, on a un pourcentage à peu près équivalent à l’attaque, sauf qu’on fait plus de fautes au service et moins d’aces. »

 

Pour autant, il n’y a pas de quoi jeter aux orties le beau parcours du PV, et notamment sa superbe victoire en Coupe CEV. « Je pense qu’on fait une super saison, reconnaît Mory Sidibé. On est allé au bout de toutes les compétitions. Vu la densité du championnat, l’enchaînement des matchs, on finit pas mal. On est qualifié pour la Ligue des champions. On joue trois finales. Maintenant ce n’est pas tout de jouer des finales, il faut aussi les gagner. » Et le pointu parisien, auteur de 16 points face au TVB, ne cache pas sa frustration : « Ce soir (jeudi soir, ndlr), on ne peut être que déçu. Moi, je suis très déçu de notre prestation. Il n’y a rien de plus à dire. Mais Tours a été très fort aujourd’hui. Ils ont été un peu plus homogènes. Ils ont la même ossature depuis plusieurs années. C’est ça qui fait la différence. » Beau perdant malgré tout, le Paris Volley…