Billetterie

Ferrandez : « Une récompense collective »

le 10/04/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Récemment désigné meilleur entraîneur de la saison, Frédéric Ferrandez tentera de mener Ajaccio vers la victoire face à Beauvais, vendredi, au Palatinu, pour le premier round des quarts de finale.
 

Frédéric, tout d’abord un mot sur ce titre de meilleur entraîneur de la saison qui vous a été décerné.
Ce titre est à attribuer aux joueurs, au staff et aux dirigeants. C’est plus une récompense collective qu’individuelle. Ça récompense la saison fantastique de mes joueurs et les dirigeants qui ont pu mettre tout en place pour amener cette deuxième place. Je n’ai rien changé à ma façon d’entraîner ces dernières années. C’est grâce aux résultats de mes joueurs que l’on me l’attribue, plus qu’autre chose.
 

Brett Dailey (meilleur central) et Yoann Jaumel (meilleur passeur) ont également été récompensés.
Oui c’est vrai, et il y a aussi Steve Peironet qui est deuxième meilleur libéro, Jovica Simovski qui est dans les quatre attaquants, Emmanuel Ragondet dans les cinq réceptionneurs-attaquants. C’est une grosse fierté, ils le méritent. Et on en retire que quelques joueurs mais c’est vraiment l’histoire de toute une équipe cette année.
 

Ajaccio est la révélation de la saison. Peu de pronostiqueurs auraient placé le GFCA sur la deuxième marche du podium.
C’est une grande surprise pour tout le monde, même pour nous. C’est une fierté pour le club d’être arrivé à ce niveau-là. Etre à la deuxième place, c’était rêvé et inespéré. On pensait accrocher les play-offs, on savait que cette équipe avait du cœur pour y arriver. Maintenant, avoir une qualification européenne et l’avantage du terrain pour les play-offs, c’est quelque chose que l'on n’avait pas envisagé. On a franchi un cap. Mais il ne faut pas s’enflammer et maintenir les exigences pour l’année prochaine. Ça ne vas pas être évident de reproduire une saison exceptionnelle comme cette année.
 

Qu’est-ce qui a permis cette saison de haut calibre ?
On a pu travailler au complet lors de la phase de préparation, hormis Antti Siltala. On a effectué un recrutement avec pratiquement que des joueurs ayant évolué en Ligue AM, donc des joueurs connaissant les exigences de cette compétition. Simovski, Senger et Ragondet avaient évolué ensemble une année à Sète, ils se connaissaient bien. Et on a gardé des joueurs, un noyau dur. Tout ça réuni fait que le groupe a pris très rapidement.
 

Vous retrouvez Beauvais en play-offs, une formation qui vous a plutôt réussi cette saison ?
Oui mais il a fallu aller les chercher à chaque fois. Ça s’est joué sur des détails. On a eu l’avantage sur les deux matchs, mais là c’est une toute autre compétition, il faut s’attendre à autre chose de la part de Beauvais. Ils ont une grosse qualité de service, une puissance physique avec Van den Dries, Patak, Hudecek, Van Garderen qui ont une forte caractéristique offensive. Si l’on n’arrive pas à les déranger en réception, ça devient vite un match compliqué.
 

Ajaccio est-il un sérieux prétendant au titre ?
Je ne sais pas, on a envie, mais maintenant est-ce qu’on a les capacités pour aller au bout ? On verra bien. On ne s’est pas fixé d’objectif. On prend au coup par coup, on veut essayer d’aller le plus loin possible et offrir le plus de matchs à nos supporters.