Billetterie

Le grand huit de Tours

le 05/04/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Tours a porté à huit son record de victoires en finale de la Coupe de France Pro masculine, samedi, en dominant le Paris Volley 3 sets à 1.

Tours a dû batailler ferme sur le parquet de Coubertin pour conserver son titre en Coupe de France, le huitième de l'histoire du club dans cette compétition.

 

Après un début de partie accroché, les Tourangeaux, portés par Kamil Baranek, David Konecny et Gérald Hardy-Dessources, se détachent pour mener de cinq points (15-10). En face, les attaques de Marko Ivovic et Mory Sidibé n'y font rien et des fautes dommageables au service plombent les Parisiens. Tours s'impose 25 à 16 dans la première manche.

 

Ce devait être le seul moment de répit pour les visiteurs. Dans le deuxième set, les hommes du Paris Volley semblent avoir tiré les leçons qui s'imposent. Ils commettent moins d'erreurs, naviguent rapidement devant au tableau d'affichage et l'emportent 25-21, grâce à un Sidibé toujours omniprésent.

 

Les Parisiens entament la troisième manche sur la même dynamique et prennent immédiatement les échanges en main. Une domination finalement démentie: Tours revient à 12 partout avant d'empocher le set 25-23, pour le plus grand bonheur de supporters venus en nombre et qui n'avaient rien à envier aux locaux en matière de décibels. "On n'a pas su maintenir les distances au troisième set. Je pense que c'est un set qu'on aurait dû gagner mais on n'a pas su breaker quand il le fallait et on a eu le revers. Eux, ils y ont cru, ils sont sortis de là et ils ont bien joué", regrette Sidibé.

 

"Ce qui a fait la différence, c'est peut-être la possibilité de faire plus de changements car notre banc est plus équilibré que le banc parisien, analyse à froid le Tourangeau Konecny. Et dans les moments importants, on était plus concentrés."

 

A l'issue d'une quatrième manche enlevée 25-19, le TVB peut savourer ce nouveau titre et ce nouveau record chèrement acquis, tout en regardant déjà vers la revanche parisienne. "J'espère qu'on va les rencontrer en finale du championnat, souhaite le coach Mauricio Motta Paes. Et peut-être que cette fois-ci ce sera Paris... Il faut rester tranquilles car on sait que ça ne sera pas aussi facile la prochaine fois."