Billetterie

Gosselin : « Un match décisif »

le 27/03/2014
'.$actu->_Identite['LibelleActualite'].'

Treizième de Ligue AM avant les deux dernières journées, Saint-Nazaire accueille Lyon samedi soir pour un match capital en vue du maintien. Gilles Gosselin, le coach du SNVBA, reste confiant car son équipe a toujours son destin en mains.


Gilles, vous recevez Lyon samedi soir. C’est un match à gagner absolument…

C’est un match décisif pour nous. Parce qu’on sait que si on bat Lyon en prenant trois points, on passera devant eux au classement, et ensuite on aura notre destin entre nos mains pour le dernier match à Cannes.
 

Vous restez sur deux matchs contre des équipes bien classées, où vous avez pris un point. Cela vous satisfait ?

On aurait bien évidemment aimé prendre plus de points. Contre Beauvais (2-3), à domicile, on a mis un peu de temps à se mettre en route, et Beauvais avait surtout très bien joué dans le deuxième set. A Ajaccio (3-1), on a fait une très bonne entame de match. Malheureusement, on n’a pas réussi à conclure, notamment dans le quatrième set où on menait de deux-trois points et où on aurait pu les emmener au tie-break. Peut-être que là on avait la possibilité d’aller chercher au moins un point. Mais c’est derrière nous. On est tous mobilisés sur le match contre Lyon samedi.
 

Vous aviez gagné 3-0 à Lyon à l’aller. Cela vous donne-t-il un avantage ?

Non, parce qu’aujourd’hui Lyon est devant au classement. Il ne faut pas trop se focaliser sur ce match aller, dans la mesure où, quand on a joué là-bas, ils avaient quelques joueurs absents. Samedi, on ne verra pas exactement l’équipe qu’on a affrontée à Lyon. Mais il y avait quand même des joueurs présents à l’aller qui seront là samedi, donc on connaît leur valeur. Maintenant, l’avantage, c’est qu’on va jouer à domicile. C’est un soutien hyper important pour nous, dans une salle qui est toujours pleine. Aborder un match aussi important à la maison, c’est un atout non négligeable.
 

D’autant que vous faites plutôt un bon parcours dans votre salle cette saison…

Disons que, à l’exception du match contre Beauvais, qui s’est relancé en gagnant chez nous avant de battre Narbonne, on a réussi à gagner les matchs importants à la maison. Que ce soit contre Cannes en décembre, ou plus récemment contre Montpellier et Narbonne, des concurrents pour le maintien. Samedi, il en sera de même. On s’attend à un match très serré contre Lyon. Mais seule la victoire comptera.
 

Dans quelle forme se trouvent vos joueurs en cette fin de saison ?

L’équipe est très concernée, très agressive dans le bon sens du terme pour aller chercher les points qui nous manquent. On est tous soudé pour aller chercher cette victoire à trois points contre Lyon. On n’a pas été payé contre Ajaccio. Contre Beauvais, on était dos au mur en étant mené 2-0, mais on est revenu à 2-2. Le groupe est concerné, il a conscience de la difficulté de la tâche, mais sans pour autant tomber dans le doute ou dans le manque de sérénité. Dès le début de saison, on savait que ce serait difficile, et que ça pourrait se jouer jusqu’à la dernière journée. On espère que ce sera le cas, ça voudra dire qu’on aura battu Lyon samedi.
 

Levi Alves Cabral, votre deuxième meilleur marqueur cette saison après Murphy Troy, a peu joué à Ajaccio. A-t-il un pépin physique ?

Non. On a un groupe de 13 joueurs, donc à chaque fois on essaye de trouver la meilleure formule chaque semaine. La meilleure formule avant d’aborder Ajaccio, c’était Tosatto-Yordanov. Ce qui a plutôt bien fonctionné, puisqu’on a gagné le premier set. C’est un joueur important pour nous, on verra ce qu’il en sera samedi. Mais il n’y a pas que Cabral à Saint-Nazaire.